Lettre ouverte de l’ASPRI au Président de la Métropole concernant MAERA

Nous recevons une copie de la lettre de l’ASPRI que nous publions ci-dessous.


LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA METROPOLE  A PROPOS DE MAERA

                                                                 Palavas le  27 mars 2021

   Monsieur le Président,

Le retard pris dans la modernisation de MAERA (qui règlerait le problème) crée  à l’aval une situation insupportable. Nous choisissons contre notre gré cette manière particulière de vous écrire, car nous souhaitons lever la chape de plomb qui occulte cette situation.

En août 2019 la baignade a été interdite  2 jours à Palavas et depuis, les Compagnons de Maguelone, organisme social, ne peuvent plus commercialiser  les coquillages de l’étang du Prévost. Et depuis 5 ans le limon s’accumule en grande quantité  à la sortie de l’émissaire en mer.

La source du problème est bien connue. La station opérationnelle pour le nombre  d’habitants de l’époque ne l’est plus aujourd’hui avec le fort accroissement. C’est prévisible et reconnu en décalé  puisque la modernisation a été décidée avec retard. Sans aucune assurance que cela se fasse, rien n’est prévu avant 2027.

QUE SE PASSE-T-IL EN ATTENDANT ?

  • En temps normal, tant bien que mal, la station traite (insuffisamment) les eaux usées de la Métropole et au-delà. Ces eaux sont amenées en mer à 11 km  de la côte   et les nuisances ne sont connues que des pêcheurs, plongeurs  et plaisanciers, ce qui ne les empêche pas d’exister.
  • Le moindre orage détruit ce semblant d’équilibre. Un système appelé by-pass déverse dans le Lez les eaux brutes que la station ne peut traiter. Contrairement à l’opinion commune , ce sont les orages petits et moyens qui sont le plus dangereux. L’arrivée d’eau étant médiocre la dilution est faible, les égouts se déversent dans notre secteur.  Les grosses crues dilue et chassent l’eau vers la mer, ce qui les rend moins dangereuses sur ce point.
  • Les conséquences sont hélas prévisibles, dans une zone ou la mer les étangs et le canal communiquent.

L’ASPRI PENSE QU’EN ATTENDANT DES SOLUTIONS IMPARFAITES EXISTENT QUI EMPECHERAIENT  L’AGGRAVATION.

  • Des bassins d’orage plus nombreux ( hélas sous dimensionnés) ne sont prévus  qu’ en 2027)  diminueraient l’utilisation du bi-pass en stockant provisoirement les eaux usées non traitées.
  • Il est possible d’installer en aval sur le Lez  deux barrages  filtrants de type MES (matières en suspension)   posés en quinconce pour ne pas bloquer la navigation, nettoyés par un robot méduse ou un procédé plus traditionnel.
  • Des martellières devraient être placées sur les communications de l’étang du Prêvost, isolant ce dernier lors des petites crues.
  • Les épaves qui freinent le débit du Lez devraient être enlevées, sources d’embâcles dangereux.
  • Sous le contrôle de l’Etat des analyses chimiques, organiques et bactériologiques non confidentielles devraient être effectuées lors des épisodes pluvieux.
  • Un contrôle automatique en continu des rejets autour de l’émissaire  en mer devrait être mis en place. Les analyses trimestrielles actuelles sont très insuffisantes. Par exemple elles  ne font pas état d’une accumulation anormale de limons, alors que pêcheurs, plongeurs et plaisanciers le constatent depuis plusieurs années.

Fidèle à ses habitudes, l’ASPRI  ne se contente pas de déplorer et propose des solutions. Espérant une réponse et un débat public puisque tout se discute y compris nos propositions, nous vous adressons l’assurance de nos sentiments dévoués.

Le président

 Jean-Pierre Molle

 

 

Laisser un commentaire