Historique

Le Centre d’enfouissement Technique du Thôt reçoit les déchets ménagers des 15 communes du district de Montpellier depuis 1965. Situé dans une zone marécageuse entre la ville de Montpellier et le littoral, le dépôt couvre une superficie de 42 ha et forme une butte s’élevant à une trentaine de mètres au-dessus des lagunes de Palavas et de la plaine côtière de Lattes. C’est une thèse de l’Ecole d’architecture de Grenoble (N. Méric, 2000)(Cliquez ce lien).

Vue aérienne (cvlm)

 

Selon Jacky Chanton (4 mars 2020 : cliquez ce lien) :

Rappel succinct de son historique :
C’est une ancienne décharge de déchets ménagers qui est située sur la commune de Lattes, lieu dit le «le Thôt ». L’autorisation préfectorale à exploiter cette décharge de 52 hectares a été validée en Juillet 1967, mais on y constatera des dépôts dès 1965.
Elle se trouve en zone inondable, au cœur d’un site protégé [une Zone Naturelle d’intérêt Floristique et Faunistique : ZNIEFF, NDLR].
Sa hauteur ne devait pas dépasser 2,50 mètres, mais lors de son arrêt définitif (fin juin 2006), elle mesurait 32 mètres.
Son utilisation n’a jamais été en conformité avec la réglementation en vigueur et même la loi ne sera pas respectée non plus à partir de 2001(décharge non conforme) et à compter du 1er juillet 2002, les installations d’élimination des déchets par stockage ne devaient être autorisées à accueillir que des déchets ultimes.

En 1986, après un investissement important pour la réhabilitation de 12 hectares, « les jardins de Maguelone » ont été créés.
2003, 2004, nouvel investissement afin de transformer une seconde fois en décharge les jardins de Maguelone malgré l’arrêté de la Cour d’appel de Marseille qui juge cette décharge illégale. Le Préfet passera au dessus de cette décision et accordera une prolongation jusqu’au 30 Juin 2006.

Après la fermeture définitive du site du Thôt (30 Juin 2006) et jusqu’à l’ouverture de l’unité de Tri Mécanique-Méthanisation (début 2008), ce sont 175 000 tonnes de déchets ménagers qui seront exportées dans des installations extérieures. 

Des enjeux importants

Les enjeux environnementaux sont importants. Nous sommes en bordure d’un littoral qui reçoit un important apport de population touristique estivale (Carnon, Palavas, Villeneuve-les-Maguelonne, Cathédrale de Villeneuve-les-Maguelonne, établissements de piscicultures). L’association Comité de Vigilances Lattes-Maguelonne (CVLM) a lutté contre les atteintes à l’Environnement et s’est dissoute.  Nous sommes aussi au sein d’une zone protégée natura 2000, la zone des étangs palavasiens.

D’après Jacky Chanton (cf. supra) :

« C’est une zone inondable qui a de fortes probabilités d’être victime de la submersion marins (résultat de la détérioration climatique en cours), avec un potentiel polluant très élevé du fait de l’important volume des déchets déversés pendant des dizaines d’années et de leur nature hautement toxique, à proximité de l’étang de l’Arnel et de trois cours d’eau, la Mosson, le Rieucoulon et le ruisseau de Gramenet ».

Toujours selon Jacky Chanton (nous citons) : 

« Aujourd’hui on constate une réhabilitation douteuse voire inexistante, une pollution presque oubliée, un état des lieux catastrophiques et un cadeau empoisonné aux générations futures. »

Voir ci-dessous.

Cliquez sur une des images pour agrandir les images.

images

Page en construction

Cette page va bientôt prendre son contenu définitif. Patience, nous travaillons pour vous. Nh’ésitez par à revenir souvent sur notre site. Vous pouvez aussi adhérer à l’ODAM et apporter votre contribution.

enconstruction030