Port-Marianne

image_printImprimer

Rappels

Le changement climatique va affecter les littoraux français métropolitains, en bouleversant certains écosystèmes et en aggravant les risques naturels, de sècheresse, d’inondation, d’érosion et de submersion.

Aujourd’hui, on fait le constat d’une très grande insuffisance des mesures prises jusqu’à présent pour anticiper ces enchainements.

Les solutions fondées sur la désimperméabilisation des sols urbains et la renaturation des cours d’eau répondent à des critères de durabilité et de faible coût, mais demeurent insuffisantes.

Pour s’adapter face à l’élévation du niveau de la mer, les modalités d’une indispensable stratégie de relocalisation ne sont toujours pas fixées.

Une troisième option consiste à réduire les enjeux exposés, en particulier en maitrisant l’urbanisation des zones vulnérables notamment par des Plans de Prévention et d’Adaptation aux Risques (PPAR) suffisamment rigoureux.

La mise en place d’un « Observatoire du Trait de Côte » permettant de disposer de données localisées sur l’évolution de l’érosion marine de façon à prévoir la relocalisation indispensable des activités et des biens.

Une meilleure maîtrise des pollutions terrestres (et de l’ancienne décharges de déchets du THÔT), du pluvial, des rivières et des fleuves. Eviter que la pollution n’arrive jusqu’à la mer avec des démarches visant à réduire les pollutions à la source.

Anticiper le risque d’inondation en amont du Lez par un ou deux bassin(s) d’écrêtement de crues et pallier partiellement au manque d’eau en période de sécheresse estivale par le recyclage et réutilisation des eaux usées des stations d’épuration telles que Maera (Lattes).

Documents à l’appui, à consulter

 

La publication a un commentaire

  1. B. GOULAIN

    Vous êtes un lanceur d’alerte qui met en lumière les divers risques qui affectent le littoral Palavasien avec une réelle maitrise d’observation et prise de conscience des dangers qui sont et seront les nôtres au cours des prochaines années.
    Vous soutenez vos convictions par diverses sources fiables qui font que l’absence de certitudes sont appuyées par des données scientifiques qui donnent du poids à la description des risques que vous mentionnez. Vous démontrez les atteintes prévisibles graves et irréversibles pour l’homme et l’environnement, l’absence d’adaptation au changement climatique avec la probabilité d’avoir à subir des dommages qui entraineront des couts économiques importants. Vous proposez même une approche logique à déterminer vos propres solutions, en fonction de la réalité de ce territoire. Bravo pour cette alerte.
    B. Goulain

Laisser un commentaire