1

Visite de l’incinérateur OCREAL

Introduction


A l’occasion de la Semaine Européenne de réduction des déchets (SERD), l’ODAM a pu visiter le Centre de Valorisation Energétique des Déchets (OCREAL) de Lunel-Viel (Hérault). Cette unité de valorisation énergétique des déchets (selon Novergie-SUEZ) ou Usine d’incinération (selon le Syndicat Mixte Entre Pic et Etangs -SMEPE) est propriété du SMEPE et son exploitation est confiée à la filiale NOVERGIE du Groupe SUEZ.

C’est une vision idyllique d’un incinérateur qui est offerte : un processus industriel contrôlé et sûr pour se débarrasser des déchets réputés non-dangereux mais bien … encombrants ! Ces déchets sont incinérés tels qu’ils sont amenés par des camions, aucun autre traitement ni tri sauf un contrôle par portique de détection de radioactivité.

OCREAL : l’usine

La présentaton (cliquez sur le logo Pic&Etangs) nous décrit d’abord les performances de l’usine : 

  • 96% des déchets entrants sont valorisés,
  • 65.000 Mw/h sont produits par an en électricité,
  • 11.145 foyers sont alimentés en électricité.

Suit la description complète de l’usine, nous aurons droit à une présentation en salle avec un petit film. C’est ensuite l’équipement de visite : charlotte, casque de sécurité bleu marqué visiteur, chasuble orangée fluo et écouteurs.

Nous voila partis dans les entrailles du monstre. Nous aurons droit à tout les éléments : salle de contrôle avec ses écrans, vue sur le hall de réception des déchets, four de combustion des déchets, … En bref, les quatre étages pour voir au passage le hall des mâchefers-ferrailles, et le système de filtrage des fumées par voie sèche et la colonne des cheminées.

Nous aurons droit à la centrale électrique qui tourne avec la vapeur à 300°C et à la tour de refroidissement. Bref, un bel outil dont les fumées de combustion des déchets sont purifiées et débarassées des poussières, dioxynes et furanes. Les cheminées ne rejettent rien de visible dans l’atmosphère. Les poussières résultant de l’épuration à sec par les électrofiltres sont agglomérées et expédiées à Bellegarde. A noter une consommation de bicarbonate de soude et de charbons actifs.
Les mâchefers eux sont expédiés à Vedène où ils sont traités par la plateforme de mâturation.

Deux fois par an l’usine subit deus arrêts techniques pour révisions et changement d’élements usés (tubes des chaudières, …).

images

ARTIcLE en construction

Cette page va bientôt prendre son contenu définitif. Patience, nous travaillons pour vous. Nh’ésitez par à revenir souvent sur notre site. Vous pouvez aussi adhérer à l’ODAM et apporter votre contribution.

enconstruction030




Palavas-sous-les-Flots en 2040

Palavas-les-Flots vs palavas-sous-les-Flots


Photo Fr3-Hérault

Ce n’est pas nous qui l’affirmons mais le site de France-3 Hérault (34). Cliquez ce lien.

Hérault : en 2040, Palavas pourrait devenir Palavas-sous-les-Flots.

Nous citons Fr3-Hérault ( • 

Les Assises de la Mer à Montpellier ont reçu la visite du président Macron alors que la planète bleue [la nôtre : Gaïa ou Gé] est en grand danger En attendant de savoir si « le 21ème siècle sera maritime« , il y a urgence climatique. L’Arctique fond, le niveau des mers monte et rien ne semble pouvoir arrêter ce phénomène.

Jacky Chanton commente

Palavas sous les flots en 2040, c’est possible. Cette menace st bien réelle.

Cette menace est bien réelle. Et l’un des facteurs qui précipite cette révolution environnementale, c’est notamment la fonte de la glace de l’Arctique.

Les modèles de prévisions même les plus optimistes démontrent qu’il sera difficile voire impossible d’inverser la tendance dans un avenir proche. Et cet avenir, c’est non plus 2100, mais 2040.

« L’élévation du niveau de la mer de 1 mètre en Méditerranée française pourrait aller plus vite qu’annoncé. 2100 ça ne parle pas aux gens. Mais 2040 c’est demain »  (Hervé Le Goff Océanographe au CNRS). 

Une ville comme Palavas pourrait bien se retrouver les pieds dans l’eau à la vue de ces chiffres. Les conséquences ne seront pas qu’humaines mais aussi économiques. D’où l’importance de prendre en compte ces données pour anticiper ce phénomène de submersion.

Jacky Chanton
Secrétaire du CIDES34
Secrétaire de l’ODAM
Citoyen de Lattes




Cop26 : bavardages


« Messieurs qu’on nomme grands », ainsi commence une chanson de Mouloudji écrite par Boris Vian. Ces MQONG se réunissent régulièrement pour essayer de se mettre d’accord pour freiner le dérèglement climatique. Après 25 réunions internationales, vont-ils enfin réussir à se mettre d’accord ?

La dernière COP, l’actuelle, est la 26e Conférence des parties (d’où son acronyme COP26), qui réunit les pays signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). L’organisateur est le Royaume-Uni, en partenariat avec l’Italie. Et Greta Thunberg, au nom des jeunes, proteste et manifeste, des manifestations ont eu lieu hier samedi 6 novembre 2021 ! La 2e semaine de la conférence s’ouvre, rien ! Rien encore de concret n’en est sorti.

Diagnostic

Pascal Acot, historien du climat (Histoire du Climat, Perrin, Tempus n° 52, 2003, 2004 et 2009) nous le disait clairement (p. 330) :

« Nous sommes dans la position du conducteur d’un camion poids lourd qui, percevant devant lui une situation d’accident potentiel, veut stopper son véhicule : il appuie sur la pédale de frein mais l’inertie est si grande que le camion s’arrêtera au mieux dans 50 ans, et plus probablement dans un siècle [100 ans]. En réalité, nous n’avons pas commencé à freiner, mais nous continuons à accélérer … ».

Ces paroles lues en 2021 (12 ans après leur publication) sont terribles ! Les puits de carbone, c’est-à-dire les écosystèmes terrestres et maritimes capables de séquestrer le carbone ont disparu (grandes ou petites forêts équatoriales) ou sont mal en point (écosystèmes coralliens).

Nous rejoignons ici l’avis d’un chercheur reconnu, Bruno David, Président du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN, in Sciences et Avenir -La Recheche n° 896 octobre 2021, pp. 86-88). Le constat est fait sur le fait que « les spécialistes du climat et ceux de la biodiversité travaillent séparément ». Il met en parallèle le dérèglement climatique (COP26 Glasgow 2021) et la perte de la biodiversité (COP15 sur la biodiversité en 2022) :

« Si le système planétaire basculait vers un nouvel équilibre inconnu, la probabilité qu’il soit déstabilisant pour nos sociétés est très forte. L’exemple du moment est la pandémie »

A bon entendeur, … La porte s’ouvre vers un autre problème, celui de la biodiversité et le climat dans la protection de la santé humaine, la nôtre. La pandémie serait elle liée au dérèglement climatique et à l’appauvrissement de la biodiversité ?

Histoire rapide de la planète

Il y a deux milliards d’années, notre planète Gé (ou Gaïa) baignait dans un crépuscule polaire qui a duré pendant des centaines de millénaires (ères Primaires, secondaires, tertiaires, quaternaire) jusqu’à l’apparition de l’espèce humaine. Une espèce qui est capable de modifier le fragile équilibre climatique qui s’est construit et qui nous permet de vivre à l’abri des radiations ultra-violettes du soleil. La gigantesque serre terrestre laisse entrer en les filtrant les rayonnements qui réchauffent l’atmosphère et bloquent le rayonnement infra-rouge induit en l’empêchant de s’échapper vers l’espace sidéral. Ce sont les gaz à effet de serre dont le plus cité est le dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2). La différence de l’angle des rayons entre les pôles et l’équateur fait que l’équateur se réchauffe et les pôles se refroidissent, schématiquement. Il s’ensuit des échanges climatiques (nous simplifions) et des accidents météorologiques (vents, pluies, tempêtes, ouragans, …).

D’autres scientifiques ont étudié les cycles géologiques de réchauffements (récents) et de glaciations pour calculer par rapport aux interrelations spatiales entre planètes : ils en ont déduit des cycles de 100.000 ou 400.000 ans dus aux variations de l’axe de la terre et de l’ellipse autour du soleil (théorie de Milankovicz : cité par Acot, pp. 276-280). Ils nous plaçaient dans un début de glaciation dont une manifestation a été le petit âge glaciaire.

La révision et l’homogénéisation des données climatologiques relevées depuis deux siècles a permis de mettre en évidence le réchauffement climatique et l’augmentation de la température moyenne de la planète. Le 6e rapport du Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) est formel face aux climatosceptiques (ceux qui nient la réalité du réchauffement climatique) (cité par Sciences et Avenir n° 897  pp. 32-49 et partic. p. 34) :

« C’est un fait établi que les émissions de gaz à effet de serre produits par l’humain ont mené une fréquence ou une intensité de certains extrêmes météorologiques et climatiques depuis le début de l’époque pré-industrielle, en particulier pour les températures exceptionnelles … ».

déserteurs ou absents

La Chine, le Brésil, la Russie, la Turquie, etc. ont boudé la COP26. La fonte accélérée des pergélisols sibériens semble avoir une certaine influence sur l’autocrate Vladimir Poutine. Des pays possdent des super-porte conteneurs tels la Chine pour évacuer, exporter, leur production vers nos pays. Quelle est leur consommation en combustibles fossiles ?

Le Wonder of the Seas est un navire de croisière de la compagnie Royal Caribbean Cruise Line, contruit aux Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire entre  et . Il est le plus grand paquebot de croisière au monde, légèrement plus gros que ses sister-ships Symphony of the Seas et Harmony of the Seas. Le Wonder of the Seas propose également des nouveautés par rapport à ses prédécesseurs de la classe Oasis, à commencer par l’architecture de certains ponts.

Ici, chez nous, en France, dans l’Hérault, à Montpellier et particulièrement à Lattes-Maurin, nous sommes menacés par la montée de la mer Méditerranée. Sur le site du Thôt en 2100 (simulation d’une montée des eaux suite au dérèglement climatique en cours) : Le site de l’ancienne décharge de déchets ménagers du Thôt devient une île en 2100.


Super-porte conteneurs chinois


« Wonder of the seas » (Wikipedia)


Qand la mer va monter

Quelques ilots émergent, la ville de Palavas a les pieds dans l’eau. Le document communiqué par M. Jacky Chanton (secrétaire de l’ODAM et du CIDES34) dit, je cite :

« Cela va également  concerner l’intérieur des terres avec des conséquences négatives prévisibles par une remontée de la nappe phréatique, des zones humides qui seront inondées et des zones qui n’étaient pas humides qui vont le devenir. L’intrusion d’eau salée dans les aquifères d’eau douce, à l’intérieur du Lez, de la Mosson, du Rieucoulon avec un blocage des écoulements et l’eau salée qui pourra remonter très loin à l’intérieur des terres »

Dans leur dernier rapport, les experts du GIEC estiment que l’élévation des mers et des océans pourrait atteindre un mètre en 2100.

Mais les conséquences du réchauffement climatique sur le niveau de l’eau se feront ressentir sur le long terme, bien après cette date fatidique. Dans la récente étude parue dans Environmental Research, les scientifiques esquissent plusieurs scénarios de montée des eaux en fonction de la gravité du réchauffement climatique :

Dans l’hypothèse où la planète ne se réchaufferait plus, si toutes les émissions de gaz à effet de serre étaient brutalement stoppées dès maintenant, le réchauffement climatique déjà engagé contribuerait à une montée des eaux moyenne de 1,9 mètre.

En cas de réchauffement limité à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle – un seuil qui sera atteint en 2030 d’après le GIEC -, l’eau monterait de 2,9 mètres.

Dans l’hypothèse d’un réchauffement à 2°C, le niveau des mers grimperait de 4,7 mètres.

Si la planète se réchauffe de 3°C – scénario le plus probable d’ici 2100 selon le GIEC si l’on continue à émettre des gaz à effets de serre au rythme actuel -, le niveau de l’eau monterait de 6,4 mètres.

Enfin, scénario le plus catastrophique : en cas de réchauffement de 4°C, les océans s’élèveraient de 8,9 mètres. »

Le calamiteux protocole de Kyoto

Le protocole de Kyoto signé en septembre 1997 lors de la COP3 (Kyoto, Japon) a des résultats mitigés, plutôt catastrophiques. De reculs en reculs, des pays ont augmenté leurs émissions de GES entre 2005 et 2007 : l’Espagne +53%, le Portugal +43%, l’Irlande +26% (chiffres de la Direction Générale Recherche de la CE -2008). La Chine, en 2007, a mis en service 52 centrales à charbon (houille). Et ainsi de suite (and so on) ! Les États-Unis (USA, administration Bush puis Trump) n’ont pas signé d’accords, la Chine divise ses rejets par le nombre d’habitants mais oublie qu’elle a accueilli des fabrications de produits distribués ensuite par porte-conteneurs géants (voir ci-dessus) ! À faire cesser !

À plus petite échelle mais tout aussi répréhensible est, entre autres, l’industrie-commerce (dénoncé par Acot 2009, p. 396) qui pêche des crevettes en mer de Baffin (environs du Groënland), les envoie à décortiquer au Maroc, les fait conditionner au Danemark et les vend dans les gondoles de nos super-marchés ! À proscrire également ! L’Économie est à revoir. Et on vient mettre en avant les rots et les flatulences des vaches ainsi que les ménages de l’ouest européen (responsables de13% des émissions de GES), de leurs voitures (14% des émissions) soit 27%. Et le reste, les 73% ? Qui en est responsable ? Aciéries, chantiers navals et leurs monstrueux navires (voir ci-dessus), exploitations pétrolières et houillères, construction de bâtiments neufs en béton armé, etc. Les guerres récentes (1ère et 2e GM, etc.) ont créé des milliards de tonnes de GES qui stagnent encore (épaves de navires coulé par milliers de tonnes) !

Le marché au carbone : un objectif foireux

Il s’est mis en place (janvier 2005, Acot 2009, pp. 368-369) un mécanisme DIABOLIQUEMENT PERVERS de spéculation sur les droits d’émission de GES des sociétés industrielles. Cela a abouti à une bourse d’échanges de droits à CO2-GES non utilisés par certains qui les vendent à d’autres qui les achètent ! Un obstacle majeur qui aboutit à faire commerce de droits à destruction à des fins privées d’un patrimoine de l’humanité tout entière. Un sacré obstacle que la COP26 a pourtant inscrit dans son objectif n°2 !
Nous n’avons qu’une seule planète qui forme un TOUT et où les reculs répétés des conférences internationales ne laissent augurer rien de bon.

Que sortira-t-il de la 26e COP de Glasgow ? USA, Chine, Inde, Brésil, Arabie et Emirats, etc. feront-ils l’effort nécessaire ?

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Licencié ès-Sciences de la Terre (1964)
Docteur en Sciences biologiques mention écologie(1971)
Cadre technique supérieur de la Recherche ER (IR-CNRS)
Ancien chargé d’études HN Ministère de l’Environnement (1980-1996).

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Le Thôt : état actuel

Constat : état actuel

Nous avons fait le point sur l’histoire récente de cette décharge (ISDND : installation de stockage de déchets non-dangereux) et contesté, en citoyens, la définition des déchets non-dangereux (tous les déchets sont plus ou moins dangereux).


Envahi par les chardons

8 août 2020 une décharge dans une décharge


Lors de la visite des membres de l’ODAM le 8 août 2020, voici, ci-contre, le triste spectacle offert à l’extrémité sud-ouest : une décharge dans la décharge. Ce qui complète la vue ci-dessus d’une parcelle voisine envahie par les chardons Marie (Sylibum marianum), une plante des décharges non-entrenues.

Jacky Chanton écrivait (4 mars 2020) :

« Après une visite du contour de cette ancienne décharge, on peut constater une réhabilitation au rabais avec des installations prévues et annoncéespar l’Agglomération en 2011 mais inexistantes sur le site aujourh’hui.
C’est une décharge sur une décharge sauvage où l’on peut constater que le grillage qui l’entoure laisse apparaître des passages orchestrés pour la chasse aux sangliers ou autres animaux au vu des collets posés. Des immondices jonchent le sol et un « puits couvert  ressemblant à une station de relevage ? » qui dégage une très forte odeur pestilentielle d’H2S (sulfure d’hydrogène) plus … ? Les roubines qui longent la décharge sont gorgées d’une eau polluée, de couleur différente selon le lieu, jonchées de vieux pneus, de plastiques de toutes sortes. Sur la décharge, des bassins de retenue des eaux de ruissellement dont plusieurs sont bordées de boudins mais non munis d’échelles afin de pouvoir éviter la noyade ou l’asphyxie de certains animaux. Au nord-est de la décharge se trouve une station de pompage où de l’eau, pas vraiment transparente se vide dans la joinction du Rieucoulon et du ruisseau de Gramenet, certainement pour éviter le transfert d’eau vers le pied de la décharge ou réceptionner puis vider l’eau des bassins du pluvial ?.


Un boîtier de communication vandalisé

Ce boîtier de communication (télésurveillance) découver dans cet état le 8 août 2020 témoigne de cet état d’abandon des lieux (extrémite sud-ouest près des pompes à relevage).

Aujourd’hui, après plus de 50 années d’une gestion catastrophique des déchets par (Montpellier / District / Métropole, est-ce que ces principes ont été ou sont respectés ?. La réponse est NON. »


portail d’accès aux pompes


Le rieucoulon


Ruisseau de gramenet

ce que nous proposions (4/03/2020)

Jacky Chanton écrivait

Il est proposé comme objectifs aux futurs élus de Montpellier Métropole :

  • de vérifier la sécurisation sanitaire et environnementale de cette décharge, ci possible avec une représentation citoyenne [CSS ?] ;
  • de prévoir un programme de surveillance de la qualité des eaux souterraines après une analyse avec évaluation du contexte des impacts hydrologiques et géologiques ;
  • d’avoir la certitude qu’il n’existe pas de transferts de pollutions de lixiviats vers l’étang de l’Arnel ou les cours d’eau à proximité ;
  • de permettre la transprence de ces informations qui seront à publier une fois par an.

nous sommes le 4 novembre 2021 : quid ?

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Déchets et changement climatique

Introduction

Le changement climatique ou plutôt le dérèglement climatique n’est plus une utopie d’écolos en mal de buzz mais une réalité. Tempêtes, canicules, … l’ère des extrêmes est là, les (chercheurs scientifiques) en apportent la preuve.

«Tempêtes, canicules, ouragans, inondations vont se multiplier si des meures concrètes contre le réchauffement ne sont pas prises. » Sciences et Avenir n° 897, novembre 2020 (p. 33-49).

Le sommet mondial de la COP26 (les état membres de l’ONU) réunis à Glasgow ce mois de novembre 2021 doit mettre en oeuvre l’Accord de Paris sur le Climat (Cliquez ce lien). Quatre objectifs clés vont être abordés :

  • engagement des états,
  • mise en place d’un marché carbone,
  • constitution d’un fonds de 100 milliards de dollar,
  • un plan méthane à lancer.

Le dernier point est important, le méthane est un Gaz à Effet de Serre (GES) (Cliquez ce lien).  Il est 25 fois plus puissant que le gaz carbonique en potentiel de réchauffement global (PRG). Il est moins émis que le gaz carbonique mais ses émissions augmentent de plus en plus.

Le méthane : un joker ?

Le méthane est qualifié par la revue Sciences et Avenir (n° 896, octobre 2021, p. 52) de « joker » : 

« Un remède puissant, efficace et peu cher ! La lutte contre le changement climatique devrait intégrer une nouvelle arme lors de la COP26 […] : la diminution des émissions de méthane. Jusqu’à présent en effet, rien n’a été entrepris pour réduire les émissions du deuxième gaz à effet de serre en volume derrière le dioxyde de carbone (CO2).»

Non, à l’ODAM nous dénonçons ce gaz à effet de serre (GES) depuis plusieurs années. Depuis nos premières études sur l’usine de méthanisation « Amétyst », une fausse solution écologique, une passoire à méthane.

Le méthane (cliquez ce lien) est un gaz composé chimique d’un atome de carbone et de 4 atomes d’hydrogène, sa formule est CH4. Dans la famille des hydrocarbures, c’est le premier.


extrait de sciences et avenir n° 896

Le mensuel Sciences et Avenir n° 896, (octobre 2020, p. 52-55) présente un satellite de surveillance (Sentinel-5 Précursor) de ce GES, entre autres. S&A présente aussi un graphique (p. 52) qui montre que les concentrations de méthane  ne cessent d’augmenter depuis 1980. Mais le mensuel délivre aussi un message d’espoir :

« 120 millions de tonnes d’émission de méthane pourraient être évitées d’ici à 2030 grâce à des techniques déjà existantes. ».

Ce gaz, d’autre part, n’a une durée de vie de huit ans seulement. Mais les dégats s’ajoutent à ceux du gaz carbonique. 

Un mauvais joker ! Pourtant, dans le traitement des biodéchets par méthanisation, le biogaz riche de 50 à 70% de méthane est une source qui semble inépuisable (biodéchets obtenus par tri à la source, boues de stations d’épuration, résidus agricoles, lisiers, …) font l’objet d’un traitement semi-industriel ou industriel.

à montpellier l’usine de tmb « Amétyst »

A Montpellier (Montpellier-Métropole) nous avons suffisamment écrit depuis 2004 (date de la création de l’ODAM) sur la manière dont a été projetée, conçue et réalisée l’usine de Traitement mécanique « Amétyst » baptisée pompeusement « unité de méthanisation ».

Ce chef d’oeuvre du groupe Vinci est une réalisation bâclée dont nous avons dénoncé le caractère coûteux et inachevé, en parfait accord avec divers rapports de la Cour Régionale des Comptes : un fiasco économique et technique (coût initial : 67 M€ HT, actuellement 130 M€). Une passoire à méthane car le digestat issu des méthaniseurs est défourné sous des halles simplement couvertes où pendant plusieurs jours il ne cesse de dégazer du méthane librement dans l’atmosphère infecte, pourrie.


en 2006 Vinci !

La bonne pratique aurait voulu que ce déchargement se fasse dans des tunnels fermés, étanches, ne laissant pas échapper le méthane dans l’atmosphère. Or, cette usine mal fichue fonctionne depuis 1987 et envoie ses refus dans une décharge, à Castries jusqu’à sa fermeture en novembre 2019.

Les décharges, sources de méthane


Les mouettes sur une décharge

Les décharges, du fait que les ordures ménagères ne sont pas triées à la source, contiennent une importante quantité de matière organique qui fermente et méthanise en dégageant des odeurs abominables. Les oiseaux sont attirés par cette nourriture.

Le cas de la décharge de castries

La décharge de Castries (ex carrière Pastor au lieu-dit l’Arbousier) a servi d’exutoire à l’usine « Amétyst » de Montpellier pour accueillir des déchets qualifiés « d’ultimes et de refus ». Or cette décharge fermentait et envoyait des émanations méphitiques aux alentours.

Normalement, les déchets sortant d’Amétyst devaient être stabilisés, des stabilisats ! Ils n’auraient pas dû fermenter.  Depuis 11 ans, le site provoquait la colère des riverains, qui se plaignaient des mauvaises odeurs.Où est l’erreur ? Il aurait été intéressant de voir les relevés de Sentinel-5 au-dessus de Castries-Pastor (S&A publie une vue d’artiste d’un dégagement en Algérie !).

Le cas de la décharge du thôt

La décharge du Thôt, située sur la commune de Lattes côté Maurin est une ancienne décharge qui a été fermée en 2006 après 43 ans d’occupation du site. Avec l’ODAM et le CIDES34 (cliquez ce lien) nous n’avons cessé de dénoncer l’état de non-entretien de cette décharge.


Côté ouest (Jardins de Maguelonne)

La loi fait obligation au propriétaire des lieux d’entretenir, sécuriser et débroussailler. 


Des installations pour le méthane

C’est ce que l’ODAM, membre du CIDES34, a voulu dénoncer. Des projets plus pharamineux les uns que les autres. Il devait y avoir récupération du méthane, des moteurs de co-génération, … Nous n’avons rien vu de tout celà avec Google Earth. Des coquecigrues comme dirait nos auteurs du XVIIe siècle !  Des balivernes, des sornettes ! Et la fermentation interne qui méthanise ! 

A Montpellier, on fait semblant d’être écolos ! De vrais écolos en peau de lapin ! En 2020, nous n’avons rien trouvé sinon des ronces, des chardons, des ferrailes rouillées et récemment, un chantier de travaux. A suivre …

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Rapports sur les inondations du Lez

Les rapports de M. Philippe Quévremont, Inspecteur général de l’Environnement

Sous deux titres et à quelques mois d’intervalle :

Résumé : ces rapports porten sur l’expertise du projet préparé par la communauté d’agglomération de Montpellier en vue de renforcer la protection contre les inondations de la ville de Lattes. Cette expertise s’est développée dans plusieurs directions : la détermination des aléas de référence, la protection de Lattes, les solutions alternatives, la protection des populations, la préservation des milieux naturels, la cohérence des actions envisagées à l’échelle du bassin, leurs relations avec le schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE), les plans de prévention des risques naturels (PPRN) et l’action des services de l’Etat. En conclusion, estimant la situation de Lattes très inquiétante au regard du risque d’inondation, le rapport recommande des mesures rigoureuses dans le domaine de la protection civile, la mise en oeuvre rapide du projet préparé par la communauté d’agglomération, le renforcement de la sécurité juridique par adaptation du SAGE et l’adoption « par anticipation » du PPR de Lattes.

EXPERTISE DES PROJETS D’ACTION DE PRÉVENTION DES INONDATIONS SUR LE BASSIN DU LEZ

Rapport du 4 juillet 2006.

Expertise des projets d’action de prévention des inondations sur le bassin du Lez

Rapport de novembre 2006.

nous l’utilisons

Á l’ODAM, Jacky Chanton s’y réfère très souvent. Ils émanent d’un Ingénieur général du génie rural, des eaux et forêts (IGGREF), membre de l’Inspection Générale de l’Environnement.

J’ai eu personnellement travaillé avec ce corps éminent quand, chargé d’études de haut-niveau et chef de la Mission des Systèmes d’information, j’ai eu à assurer la structuration de la future informatique du Ministère en 1983 sous la mandature de Mme Huguette Bouchardeau.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Licencié és-sciences de la Terre
Docteur en Sciences biologiques mention écologie
Délégué au Conseil de Développement de Montpellier-Méditerranée-Métropole
Ancien chargé d’études de Haut-Niveau aux Ministères de l’environnement-écologie

 




Quand la mer monte …

Quand la mer monte … !

Roland de Godwarselde, un chti chanteur, n’imaginait pas que la mer monterait plus que de raison ! Oui, le phénomène des marées fait que la mer monte et descend, c’est connu ! Mais elle monte un peu plus et descend un peu moins à cause de la détérioration des climats. Oui, notre chanteur chti a honte quand elle monte ! Nous aussi et en plus nous sommes inquiets, car notre littoral méditerranéen est concerné ! C’est la très sérieuse revue de vulgarisation scientifique Sciences et Avenir (novembre 2021, n° 897, pp. 42 à 49).

La France est menacée par divers phénomènes climatiques :

  • littoral méditerranéen subissant des épisodes cévenols,
  • submersions marines connues sur le littoral atlantique et s’étendant au littoral méditerranéen,
  • etc.

toute une panoplie de désastres récurrents. La Caisse Centrale de Réassurance (CCR), nous citons :- « n’a pas répertorié une année sans catastrophes naturelle en France et dans les départements d’outre-mer. Ces événements hors-normes ont coûté 40,7 milliards d’euros à la collectivité [nationale] … Et la situation ne va pas s’arranger ! ». La montée des eaux va être plus visible, elle est lente et insidieuse. Les plans de prévention des risques d’inondations (PPRI) de Palavas, Lattes et Pérols sont éloquents : les zones menacées de submersion marine sont là, visibles, bien soulignées en rouge. Un media (France-3) parle même de Palavas-sous-les-Flots en 2040 (dans 19 ans), à propos des 15e assises économie de la Mer à Montpellier avec « Emmanuel Macron, Carole Delga et 3 ministres » (3 décembre 2019). La zone qui nous intéresse est celle où doit se situer le futur stade décidé en dépit du bon sens et de toute concertation sérieuse.

Impact local de la submersion marine

En parcourant avec Google Earth un transect qui va de la mer on part de zéro. L’altitude monte doucement, en suivant la D66. Nous partons de 2 m. On monte à 5 m à l’entrée de Pérols puis à 7 m à la hauteur de l’embranchement de la D28. On arrive à 8 m au carrefour de la D172, à gauche du domaine de Pailletrice. On repasse à 6m à la hauteur du centre commercial Carrefour (ex Montlaur). Si on se dirige vers l’entrée sud du centre, on est à 6m. On est passé du territoire de la commune de Pérols à celui de Lattes, la limite étant le D172, entre le centre commercial et le domaine viticole de Pailletrice.

Impact des inondations fluviales

Deux cours d’eau méditerranéens concernent la zone qui nous intéresse, le Lez et le Negue-Cats (un ruisseau insignifiant en temps normal). La survenance des épisodes cévenols provoque une montée des eaux marines poussées vers le nord qui rencontrent les eaux gonflées par les pluies des deux cours d’eau en furie. Les inondations du Negue-Cats ont envahi naguère le centre commercial. Nous en avons les photos de la dernière inondation où cet insignifiant filet d’eau (ruisseau) qui prend sa source au nord de l’A9 (domaine de la Planchude), drainant plus de 2.200 Ha, se gonfle en un torrent furieux (oued méditerranéen), alimenté par cinq ruisseaux affluents (branche 1 : 1.187 Ha).

Le PLU de Pérols

La Commune de Pérols a pris en compte dans son RAPPORT DE PRESENTATION MODIFICATION N°6 DU PLU (date ?) l’existence autour du domaine de Pailletrice d’une zone « agricole, un paysage champêtre et attrayant » qu’elle souhaiterait préserver de la menace de l’aménagement de la zone d’activités de l’aéroport voisin. A noter que Google Earth montre une altitude de 2m des pistes de l’aéroport et de 2 à 1 m des terres du domaine de Pailletrice ! Faudra-t-il équiper en hydravions et bâtir sur pilotis ?

Nos contributions ODAM et CIDES34

La menace de submersion de la frange côtière est appuyée par le site du BRGM et a même été évoquée dans une téléconférence du Conseil de Développement de Montpellier-Méditerranée-Métropole (CODEV-3M) où a été évoquée la survenance d’une « inondation du Thôt et des pistes de l’aéroport », sans soulever la moindre objection des élus assistant à la séance.

Nous n’avons pas attendu le projet du stade MHSC « Louis Nicollin » de Montpellier pour dénoncer les risques des inondations combinés avec la submersion marine. Nos archives le prouvent. Jacky Chanton n’a cessé de dénoncer auprès des autorités préfectorales, métropolitaines et communales les risques d’inondations-submersion qui peuvent frapper la zone comprise entre Montpellier et la mer. Toute la zone du bassin du Lez et des cours-d’eau qui la parcourent doit être abordée avec la plus grande prudence quand il s’agit de l’aménagement.

Le lourd passif du changement climatique

Nous avons lu avec intérêt le rapport du BRGM Etat des connaissances sur les effets potentiels du changement climatique sur les aléas côtiers en Languedoc-Roussillon : Rapport final. BRGM 58 872-FR janvier 2011 (document public). À l’érosion des côtes marines s’ajoute une élévation du niveau moyen de la mer (niveau entre marées haute et basse). Les mesures des marégraphes donnent la tendance et une courbe permettant les extrapolations. En 2011, le BRGM écrivait (p. 67) : « Le GIEC prévoyait une augmentation des aléas côtiers à l’échelle globale en raison du changement climatique. » et « Au cous du 21ème siècle, une augmentation des aléas côtiers est prévue en Languedoc-Roussillon en raison du changement climatique [voir biblio] (Vinchon et al. 2009) ». Le BRGM indique en 2011 (p. 69) « une élévation entre 0 et 10 mm/an correspondant à 1 m d’élevation du niveau marin [moyen] de 1 m en 2100. A cette élévation, il convient d’ajouter la hauteur des vagues poussées par le vent « marin » lors des épisodes cévenols. Ce que cite le BRGM (p. 71) « niveau extrême de référence recommandé … 2,26 m en Languedoc-Roussillon … » avec « +2 m NGF pour la tempête centennale et 3 m dans les zones exposées aux effets des vagues. ». Il y a lieu d’être très inquiets ! Le cordon littoral sur lequel sont construits des villes (Palavas, Carnon, La Grande-Motte, le Grau du Roi, etc.) risque de faire les frais du recul du trait de côte !

La COP26 qui se tient en ce moment s’ouvre sous des auspices sombres « À l’échelle du monde, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter » (site Ma Terre). La réduction des gaz à effet de serre (GES) n’est pas vraiment l’objectif de certains pays qui continuent à brûler des combustibles fossiles (charbon australien p.e.) pour produire de l’électricité. Le rationnement de l’énergie ne semble pas dans les préoccupations de certains « grands » ! Ni le reboisement ! La politique de l’autruche continue ici avec le secteur du bâtiment et des travaux publics, gros producteur de GES que les médias et les décideurs des collectivités évitent soigneusement de mentionner ou semblent ignorer. Selon le site Global Citizens « Il ne reste plus que neuf ans pour atténuer les pires conséquences de la crise du climat avant que la destruction ne soit irréversible. »

Construire un nouveau stade dans une zone potentiellement soumise aux submersions, est-ce bien raisonnable ?

Raymond GIMILIO
Licencié és-sciences de la Terre
Docteur en Sciences biologiques mention écologie
Délégué au Conseil de Développement de Montpellier-Méditerranée-Métropole
Ancien chargé d’études de Haut-Niveau aux Ministères de l’environnement-écologie

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Stade Nicollin : contribution Jacky Chanton

Ma participation à l’atelier « Environnement, cadre de vie et insertion urbaine » concernant le stade Louis Nicollin qui a eu lieu le jeudi 16 septembre 2021.

 Les réponses apportées à mes questionnements sur la démocratie participative et les impacts négatifs sur notre environnement de ce projet n’ont pas été satisfaisantes envers mes attentes (avec des réponses parfois erronées).

 AVIS DEFAVORABLE POUR LA REALISATION DU PROJET DE STADE DE FOOT SUR PEROLS

Ce n’est pas la création d’un nouveau stade qui est en cause, mais son lieu de réalisation qui n’est pas compatible avec le projet quel que soit son aménagement.

Officialisation du stade de foot Nicollin à Pérols, une restriction démocratique :

L’officialisation du STADE NICOLLIN au sud de Montpellier au sein de la ZAC Ode à la Mer, sur la commune de Pérols, semble déjà acquise pour les médias alors que la Commission nationale du débat public a débuté seulement le 30 Aout 2021 et qu’il n’y a pas eu d’enquête publique ?

BFM et RMC Sport du 4 01 2021 :

LE NOUVEAU STADE LOUIS-NICOLLIN VA ÊTRE CONSTRUIT À PÉROLS.

Le nouveau stade de Montpellier verra le jour à Pérols.

FR3 – Francetvinfo et sur les ondes de France Bleu Hérault du 4 01 2021 :

Le nouveau stade de football de Montpellier sera construit … à Pérols, à l’emplacement prévu initialement pour un centre commercial. Une annonce commune des présidents de la Métropole et du MHSC sur les ondes de France Bleu Hérault

Midi Libre du 4 01 2021 :

Football : découvrez où sera bâti le futur stade de football de Montpellier Hérault

Le maire de Montpellier Michaël Delafosse et le président du Montpellier Hérault SC Laurent Nicollin ont fait une déclaration commune ce lundi 4 janvier 2021.

C’était une idée de campagne du candidat Michaël Delafosse, c’est désormais une réalité pour le Maire et Président de la Métropole. Le futur stade de football où évolueront les joueurs du MHSC se situera donc en lieu et place d’Ode à la Mer, à Pérols.

Sommes-nous assurés du respect des procédures de démocraties participative prévues par la loi ou promues de manière volontaire par les pouvoirs publics ?

Aucune alternative n’est envisagée à ce jour parce que la fermeture du stade de la Mosson est déjà décidée par les acteurs locaux.

–   localisations alternatives, écartées par le Maître d’ouvrage : entre les deux autoroutes au sud de Montpellier, sur le site Odysseum.

N’est-ce pas une concertation qui s’annonce comme un simulacre de démocratie participative citoyenne ?

Pourquoi n’y a-t-il pas eu une étude environnementale préalable à cette décision (risque inondation ou ses conséquences, pollutions anthropiques pour le littoral Palavasien) suivi d’une enquête publique par Montpellier Métropole et dont on ne sait pas si elle aura lieu ?

Logiquement, le compte rendu de la CNDP (Commission Nationale du Débat Public), devrait être joint à l’enquête publique.

Compte tenu du positionnement géographique et des nuisances environnementales qui seraient engagées, est-ce que le projet urbain de 270 hectares supplémentaire au sein de la ZAC Ode à la Mer est-il encore acceptable aujourd’hui ? (Développement de nouvelles offres commerciales, de bureaux et création d’un quartier d’habitat mixte (entre 8 000 et 10 000 logements, soit environ 24 000 à 30 000 personnes supplémentaires…).

Notre littoral est l’interface entre la Terre et la Mer, il est très convoité. Le lobbying des entrepreneurs et promoteurs immobiliers ajouté aux ambitions des pouvoirs locaux, nous amènent devant des conflits d’usage qui risquent de devenir inextricables.

Il est nécessaire de prendre en compte tous les paramètres terrestres (urbanisation, gestion des déchets, assainissement des eaux, industries, agriculture, les effets du tourisme, impact environnement, infrastructures sur notre cadre de vie et notre santé …) ainsi qu’un espace « Tampon » nécessaire au regard des risques naturels et la protection des écosystèmes marins.

Aujourd’hui on ne peut plus ignorer les Impacts du changement climatique du littoral et du milieu marin.

Une densité de population sur les côtes actuellement 2,5 fois plus élevée que la moyenne nationale, avec une tendance d’évolution prévue à la hausse.

Avec l’élévation du niveau marin, nos zones côtières sont soumises à un phénomène d’érosion. D’ailleurs aucune région côtière française n’est épargnée par le phénomène de recul du trait de côte.

Les prévisions de la valeur de l’élévation du niveau marin pourraient s’avérer supérieure aux prévisions actuelles car la fonte du Groenland et de l’Antarctique serait sous-estimée.

L’artificialisation des sols est la conséquence directe de l’extension urbaine et de la construction de nouveaux habitats en périphérie des villes, elle est aujourd’hui l’une des premières causes du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité.

Ne serait-il pas impératif de tenir compte des recommandations suivantes :

 Rapport ADEME Septembre 2020.

« Le bassin méditerranéen est l’une des régions au monde les plus sensibles aux changements climatiques et globaux en cours, selon le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (5ème rapport d’évaluation). Acidification des mers, précipitations plus irrégulières, sécheresses accrues, salinisation des sols, érosion du littoral, sont autant d’aléas climatiques en cours ou à venir auxquels doivent faire face les différents acteurs de la société ».

Alexandre Brun est géographe et urbaniste, maître de conférences HDR à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, membre permanent du LAGAM (Laboratoire de géographie et d’aménagement de Montpellier) et membre associé du groupe de recherche ARIAction… :

Il y a sur le littoral du Languedoc « une responsabilité historique de l’Etat de construire des centaines de milliers de logements, de ports, de commerces, d’infrastructures, d’équipements publics dans des zones qui se trouvaient être fragiles, basses et sableuses ».

Information du Préfet du Languedoc Roussillon : Le danger de la mer qui monte

« Il va falloir reculer de 500 mètres », disait fin 2013 le préfet de région à l’époque, Pierre de Bousquet. Seule une démarche radicale pouvait à ses yeux sauver la région d’une catastrophe : « Ça coûtera moins cher de reculer. Une crue centennale, ce sont des milliards de ruines. On ne gagnera pas toujours contre la mer. Il vaut mieux quelques reculs stratégiques, aider à relocaliser les activités ».

Le Préfet de la région Occitanie à Mesdames et Messieurs les Préfets de département le 23 Octobre 2018 :

Notre région est la plus attractive de France. Un million d’habitants sont attendus d’ici 2040. En 10 ans, la tache urbaine a augmenté de 14,5%. Une surface de 730m2 en moyenne a été artificialisée pour chaque habitant supplémentaire en Occitanie. Un tel ratio est insoutenable à long terme au regard des prévisions démographiques.

Courrier du Préfet de Région Occitanie du 23 10 2018 (à l’attention des Préfets de département) :

« Notre Région est la plus attractive de France. Un million d’habitants sont attendus d’ici 2040. En 10 ans, la tache urbaine a augmenté de 14,5%. Une surface de 730m2 en moyenne a été artificialisée pour chaque habitant supplémentaire en Occitanie. Un tel ratio est insoutenable à long terme au regard des prévisions démographiques ».

Courrier du Préfet de l’Hérault du 16 10 2020 (à l’attention des Maires et Présidents des intercommunalités) :

« Nul n’ignore que notre département, situé entre contreforts des Cévennes et Méditerranée, est régulièrement frappé par des évènements climatiques majeurs autant qu’il est régulièrement en proie aux flammes en période estivale.

L’histoire nous a enseigné que des décisions d’urbanisme ont parfois conduit à l’installation de constructions dans des zones à risque alors que la culture du risque en France veut que nous n’exposions pas les personnes et les biens à ces risques majeurs… Les indemnisations versées par ce dispositif pour les inondations s’élèvent à 674 millions d’€ de 1982 à 2016, soit une moyenne de 31millions d’€ par an ».

Toujours plus de contraintes environnementales et de pollutions pour le sud de la Métropole :

 On constate la concentration des pollutions vers le sud de Montpellier Métropole et de la Commune de Lattes en particulier suite aux mauvaises prévisions et évaluations des besoins afin de répondre aux exigences de notre territoire. Il s’agit d’un manque de vision et une gestion non transparente par Montpellier / District / Agglomération / Métropole.

En plus des nuisances dues aux activités de l’aéroport de Fréjorgues, les territoires de Montpellier sud, Lattes, Pérols, Palavas sont positionnées entre ou à proximité :

  • des pollutions atmosphériques, liée aux rejets polluants des voitures ;
  • des nuisances sonores par les deux autoroutes et la ligne LVG au nord de Lattes ;
  • l’amplification du risque des inondation pour la ville de Lattes Centre qui est bâtie dans le delta du Lez/Lironde, soit dans le bassin récepteur et au cœur du secteur d’expansion des crues.

Malgré la consolidation des berges du Lez contre une rupture de digue et la dérivation d’une partie des eaux du Lez par le chenal de la Lironde, si l’on additionne : le développement intensif de l’urbanisation de Montpellier sud avenue de la mer vers Palavas, l’importance des surfaces bâties et des activités commerciales, auxquels s’ajoutent les ouvrages de la « LGV et doublement de AUTOROUTE A9 ») avec tous les obstacles et les surfaces imperméabilisées qu’ils entraînent, les risques environnementaux demeurent très importants (débordement de cours d’eau, les ruissellements, l’élévation de la nappe phréatique, la concomitance d’une crue du Lez en amont avec l’élévation du niveau marin en aval).

Rapport Philippe QUEVREMONT de Juillet 2006 : « L’habitat existant doit être adapté au niveau élevé des risques ».

Ce projet réalisé (la mise en place d’un déversoir de sécurité, des merlons le long du chenal de crue et le renforcement des digues existantes), la ville de Lattes ne sera encore protégée que jusqu’à des événements naturels d’occurrence moyenne, inférieurs à la crue centennale (crue centennale estimée à 900 m3/s au droit du pont de l’A9). L’objectif à moyen terme doit être d’atteindre cette protection minimale »

RAPPORT DE SYNTHESE DE LA CONFERENCE SCIENTIFIQUE de L’IGE (2007) : Avis de la conférence scientifique sur l’estimation du débit centennal du Lez à Montpellier sur les trois points soumis par l’IGE (Inspection Générale de l’Environnement) de Septembre 2007 afin de confirmer l’étude de Philippe QUEVREMONT, elle conclue :

« Les experts s’accordent à dire qu’il n’est pas possible, dans l’état actuel des connaissances du bassin à partir des études disponibles, de fournir des éléments scientifiques fiables et suffisants pour quantifier le risque de concomitance entre les deux pointes de crues (non prise en compte de la concomitance des apports du Verdanson) ».

Dans ces conditions, la conférence n’est pas conclusive sur le débit aval du Lez à l’A9

A noter l’absence d’une étude globale du bassin du Lez de sa source à son exutoire en mer et des étangs Palavasiens sur les inondations avec la concomitance d’une crue du Lez en amont avec une élévation du niveau marin et des étangs en aval.

Je considère, comme une imposture de dire que Lattes Centre est totalement protégée pour une crue du Lez à 1 200m3, voire 1 500m3 comme annoncé. Avec les constructions en amont et au sud de Montpellier, l’ensemble des surfaces déjà bâties de Port Marianne, celles en cours et à venir, ce sont des centaines d’hectares qui ont été artificialisés, ceux-ci augmentent le ruissellement et deviennent partiellement des accélérateurs de crues ;

  • des pollutions émises par l’ancienne décharge de déchets du Thôt (les pollutions du sol, du sous-sol, de l’air sont toujours présentes). A noter l’absence de suivi de site et une participation citoyenne oubliée malgré une demande au Préfet de l’Hérault et plusieurs relances par dix associations environnementales (en attente d’une réponse de la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement-Unité Départementale de l’Hérault) ;
  • -Le mauvais fonctionnement de la station d’épuration Maera malgré son coût extrêmement important engagé pour sa réalisation avec son émissaire situé à 11 km en mer et à 20 km à partir de la station, n’a jamais répondu aux objectifs fixés par l’Agglomération. Elle pollue en permanence la mer et le Lez après de fortes pluies et rejette des odeurs pestilentielles de sulfure d’hydrogène (H2S). Elle n’a jamais été réactualisée en fonction des besoins et Montpellier Métropole a fait connecter des villes « même hors Métropole » alors qu’elle avait la connaissance que la station MAERA n’était pas en capacité à répondre aux besoins dans des conditions acceptables. Comme un malheur n’arrive jamais seul, il est prévu une extension de cette station malgré l’opposition d’une très large majorité d’habitants de LATTES et de nombreuses associations environnementales ;
  • L’usine de Tri Mécanique Méthanisation Amétyst (odeurs, mouches…), située à Garosud, à quelques centaines de mètres de la commune de Lattes. Elle avait fait l’objet de très nombreuses critiques par les riverains, les associations environnementales qui avaient alerté les collectivités locales sur les problématiques à venir de cette usine de Tri Mécano Biologique lors de l’enquête publique. Des milliers de signatures citoyennes avaient été émises avec des avis défavorables à sa réalisation.

Quelques mois et années après sa mise en service, plusieurs rapports de la Cour Régionale des Comptes sont accablants sur le traitement des déchets de l’usine de méthanisation « AMETYST » et de sa gestion par l’Agglomération/Métropole de Montpellier.

Constat final

On peut légitiment se poser la question sur le bienfondé du CNDP puisqu’elle n’a qu’un rôle organisationnel et d’arbritre du bon déroulement des débats entre le Maitre d’œuvre et les populations alors que toutes les recommandations citoyennes n’ont aucun impact sur la réalisation ou non de ce projet.

Un des objectifs de la décentralisation de 1981 était de rapprocher les élus (des gouvernances) avec les citoyens et c’est l’inverse qui s’est produit. Son millefeuille administratif nous coûte plus qu’il nous rapporte, elle permet une dilution des responsabilités et une superposition nuisible des sphères de décision avec l’empilage des administrations.

 Après chaque catastrophe, on s’interroge sur les responsabilités des décideurs :

Les catastrophes naturelles, dont les intempéries et inondations représenteraient 16% des coûts des assurances. Si la politique de prévention continue avec la même indifférence aux dangers, le changement climatique pourrait devenir le premier poste de dépenses des assurances et passer à 30% ou 35%, voire davantage. Depuis la fin des années 80, le coût annuel des catastrophes climatiques a triplé en France. Et l’accélération du changement climatique pourrait entraîner une multiplication par cinq de cette facture dans certains départements.

MORALITE :

ON NE NOUS CACHE PLUS QUE L’ON VA NOUS IMPOSER LE STADE NICOLLIN A PEROLS

L’adaptation au changement climatique doit être une réalité pour l’aménagement de notre territoire.

Les impacts du réchauffement climatique sont insuffisamment pris en compte par l’Etat et les territoires. Les Collectivités Locales doivent mieux se préparer aux désastres qui se multiplient. « Les deux-tiers de la population française sont déjà fortement ou très fortement exposés aux risques climatiques qui nous soumet à des épisodes pluvieux ou de sécheresses qui deviennent progressivement plus intenses et plus fréquents ».

Cette responsabilité citoyenne est sous la gouvernance de l’Etat et des collectivités locales.

Si l’intensité des inondations est imprévisible, leurs dégâts engagent la responsabilité des hommes.

Jacky Chanton
10, rue des Vignes
34970 Lattes
Secrétaire du CIDES-34 (Collectif de 8 associations environnementales indépendantes)
Tél : 06 52 69 84 30

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Base bibliographique climat

Histoire du climat est un ouvrage écrit par M. Pascal Acot et ayant fait l’objet de plusieurs publications (2003, 2004 et 2009).

Pascal Acot est un historien des sciences français né en 1942. Il est entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1976, après des études autodidactiques de philosophie (1967-1972). Sa thèse de doctorat d’État, qui portait sur l’histoire de l’écologie scientifique, a été effectuée sous la direction du professeur François Dagognet (1924-2015) et soutenue en 1986. La carrière de P. Acot s’est déroulée à l’Institut d’histoire des sciences de l’Université Paris 1, devenu Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST-Université de Paris 1, CNRS, École normale supérieure). Comme l’indique la bibliographie de Pascal Acot, ses recherches ont porté sur trois thèmes principaux : l’histoire des sciences environnementales, l’interaction des facteurs biologiques et sociaux dans l’origine de l’Homme et, depuis 2003, l’histoire du climat et de la climatologie. P. Acot est chargé de recherches honoraire, retraité depuis septembre 2005. Son ouvrage Cimat : un débat dévoyé lui a valu une violente attaque, il dérangerait ?

M. Acot a eu deux livres préfacés par deux de mes professeurs et par un chercheur dont j’ai suivi les travaux lorsque j’exerçais mes fonction de chargé d’études de haut-niveau au Ministère de l’Environnement. Nous appartenons certainement à la catégorie des emmerdeurs crains par l’administration car nous manquons de diplomatie.

venez en discuter avec nous

Venez en discuter avec nous, rejoignez l’ODAM, adhérez à notre association, faites-en la vôtre, faites entendre votre voix ! Soyez un citoyen responsable, un contribuable qui demande des comptes et propose des solutions.

Eau


Air




Biodiversité en danger

La biodiversité mondiale est en danger, ce sont les scientifiques qui l’affirment. Montpellier possède un centre de recherches unique, le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive.  Ce centre est l’héritier du Centre d’Ecologie et Phytosociologie « Louis Emberger » (j’y ai été doctorant de 1968 à 1971) , sommet de la recherche écologique française reconnu internationalement. Deux de ses chercheurs, Edouard Le Floch (aujourd’hui retraité) et James Aronson, ont publié un livre Les arbres des déserts. Enjeux et Promesses (Actes Sud, 2013) dont je recommande la lecture à qui veut comprendre comment fonctionnent les écosystèmes et quel est l’enjeu des perturbations climatiques qui font que les déserts avancent. Pour preuve, la dénonciation par la presse (enfin ! ce jour 9 juillet 2021) de l’énorme sécheresse qui frappe Madagascar et provoque une famine passée sous les radars de nos médias.

Je cite Le Floch et Aronson (2013 p. 15) :

« De nos jours, le sort d’un tiers de l’humanité -et de presque tous les écosystèmes des déserts et de leurs marges- est globalement misérable. »

Ces dégats, résultats de nos politiques de développement, notamment d’exploitation des ressource naturelles et de la production de déchets, sont estimés réparables par nos écologues (chapitre X, pp. 279 à 299) qui disent en préambule (p. 278) :

« Les conséquences des mésusages des ressources et des espaces sont maintenant plus que perceptibles, et il est urgent d’y répondre par des efforts importants, qui concernent en priorité la conservation des écosystèmes et de la biodiversité, mais également la gestion raisonnée et durable des ressources renouvelables et non renouvelables. ».

Pensons y, le mésusage (mauvais usage) génénére des déchets, nos déchets. Il en résulte une catastrophe climatique majeure !