1

Intervieuw d’un député européen

Nouveau logo carré

Nous vous informons, faites votre opinion. Nous maintenons toujours que l’Ecologie doit être au-dessus des partis politiques. Mais … il y a ceux qui ont le courage de s’exprimer et il convient d’écouter une partie du message de Yannick Jadot, vous pouvez à tout moment couper le son ou re-écouter.

M. Yannick JADOT, député européen, intervieuvé sur RMC le 21 août 2018 au micro de Jean-Jacques Bourdin a déclaré que « le Ministre de l’Agriculture est le lobby » installé au ministère. Face à M. Nicolas Hulot, M. Jadot accuse clairement le ministre d’avoir favorisé le lobby agro-industriel dans l’affaire du Glyphosate. Il estime le bilan de Nicolas Hulot mauvais mais il y a une excuse : Nicolas Hulot a été piègé au sein de ce gouvernement Il a servi de « vernis environnemental », ce que NOUS appelons le « green-washing ». Voyez le lien qui suit. Il a aussi déclaré qu’il y a l’écologie des discours, de l’affichage et celle du courage.

Il défend l’agriculture française, celle des petits qui respectent la nature, contre les traités qui ouvrent nos marchés à des produits qui ne respectent pas l’écologie et nous amèneraient des viandes aux hormones et aux antibiotiques alors qu’il est est interdit de les utiliser en France. 

Yannick Jadot dénonce aussi le projet Montagne d’Or qui risque d’impacter gravement la Guyanne française. C’est loin, la Guyanne ! Et pourtant ? Un écosystème va être gravement menacé ! Songez-y !  Il s’agit d’une mine industrielle ! Propriété canadienne, exploitant russe. Une mine à ciel ouvert qui va détruire une partie de zones naturelles d’intérêt écologique et faunistique (ZNIEFF). Bonjour les dégâts ! Pelle mécanique et cyanure ! Un gisement à faible teneur d’or ! 2 g/tonne de roche. L’association France-Nature-Environnement a demandé un débat public à la Commission Nationale du Débat Public.

Raymond GIMILIO
Ecologiste indépendant
Ecologue

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Le compostainer Schäffer existe, je l’ai vu en France

Nouveau logo carré

Oui, Messieurs de la Métropole, le compostainer Schäfer existe et ça marche !  Voyez le site SCHÄFER, société française.

Où ? Dans le territoire du SMICTOM de Coulommiers, à Lescherolles, près de la Ferté-Gaucher (Seine et Marne) ! En région parisienne, où je l’ai vu et photographié le dimanche 29 juillet 2018, dans le jeu de 3 conteneur à déchets, dans l’entrée du jardin d’amis chez lesquels j’étais en visite.

Le voici en compagnie de ses deux collègue, ci-dessous

Et dans la rue, sur la voie publique, un produit conteneur de chez Schäfer :

Réfléchissez, Messieurs de la Direction de la Prévention des Déchets, avant de juger ce qui ne vous plait pas.

Quelle preuve pouvez-vous nous donner que celà ne marche pas ?

Ils font aussi des bacs pucés pour redevance incitative. 

Raymond Gimilio
Rudologue

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le Lanceur d’alerte

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Ecoblanchiment à Montpellier

Nouveau logo carré

Info

Le green-washing est une technique de communication mensongère destinée à habiller en « vert » un projet que l’on veut faire passer pour écologique. Les communicants de feu Georges Frèche (ancien maire et président de l’Agglo) ne s’en sont pas privé. En 2018, les faits sont là pour démontrer, avec la rigueur de la science et du langage scientifique, qu’un chat n’est pas un chien et qu’une unité de méthanisation n’est pas écologique ! Cela s’appelle la vérité terrain, concept peu prisé de certains politiciens malhonnêtes.

Vous pouvez télécharger et/ou lire notre mise au point sur les déchets.

Vous lirez les pages 18 et 19 du magazine Harmonie promettant la lune et les étoiles !

Vous lirez notre réfutation point par point des promesses fallacieuses.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Docteur en sciences biologiques mention Ecologie

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg
ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




CSS : juin 2018, échos

Nouveau logo carré

Madame Valérie BARTHAS-ORSAL, Professeur des écoles de son état, est un des vice-présidents de Montpellier-Métropole qui lui a délégué la prévention et valorisation des déchets, à la propreté de l’espace public de la Métropole.

Cliquez voir en action VBO

Lors de la réunion de la CSS du 6 juin dernier, elle a eu avec sa voisine de table une discussion très animée sur une laisse de chien ! Bravo pour ces éminentes compétences, les délégués associatifs apprécieront ce brillant hors-sujet, futile s’il en est ! Pas ceux de l’Association des Riverains qui subissent les nuisances depuis 10 ans et qui voudraient bien voir fermer cette usine puante.

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le Lanceur d’alerte

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Le Traitement des déchets mis à plat

Document de 2017 revu et complété en 2022.

Nouveau logo carré

Le traitement des déchets est perçu par les décideurs des collectivités territoriales comme un mauvais pensum dépourvu de tout prestige et s’en remettent aux industriels et à leurs solutions miracles, tout heureux d’être débarrassés d’un schmilblick encombrant. Ils s’en remettent à des solutions miraculeuses. Mais ces solutions n’apportent que des nuisances environnementales, de la pollution, des mauvaises odeurs, du gaspillage de ressources. Nous vous proposons de cliquer sur le lien suivant « Le traitement des déchets mis à plat » ou le traitement des déchets expliqué à un ami. En vue d’aider les citoyens responsables et les élus désireux de ne pas se laisser mener par le bout du nez, j’ai voulu expliquer le problème et ses solutions comme suit :

  1. Traitement vertueux basé sur l’implication citoyenne, vers l’objectif zéro déchets-zéro gaspillage, le tri à la source,
  2. Traitements industriels présentés comme « miraculeux », bons surtout pour les bénéfices des entreprises multinationales animée par l’exprit de lucre et non par celui de la préservation de la santé et de l’environnement,
  3. Un cas d’école  de mauvais traitement : Montpellier (Amétyst, OCREAL et ISDND-Castries), exemplaire d’un fiasco industriel et technique d’après la cour des comptes.

Lisez le livre de Christian Duquennoy Les déchets : Du big bang à nos jours.- Editions QUAE, 2015, 168 p. Ce livre est une bible du déchet. Vous pourrez lire aussi de Jeremy Pichon et Bébédicte Morer Famille presque Zero Déchet : ze guide.- France Quercy à Mercurey, 256 p. 


Pour l’ODAM
Raymond GIMILIO
Président

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Demandez la fermeture de l’incinérateur de Lunel-Viel

Nouveau logo carré

Habitants de Montpellier-Métropole et des communes du nord-est de l’Hérault, vous dont les déchets vont en totalité ou en partie alimenter l’incinérateur OCREAL de Lunel-Viel, particulièrement les habitants du territoire desservi par le Syndicat Pic-Etang, demandez la fermeture du tout-incinération et l’adoption d’une variante sans apport de déchets extérieurs.

Prenez connaissance du tract que vous pouvez télécharger ici (il a été perdu), signez-le et déposez le dans la boîte aux lettres de votre mairie après l’avoir rempli et signé. Oui, les solutions alternatives existent, lisez attentivement ce site.

Vous pouvez nous contacter et demander à nous rencontrer en vous servant de ce site. Oui, le tout-incinération est nuisible pour l’environnement, un incinérateur est une décharge à ciel ouvert qui pollue insidieusement, silencieusement et vous empoisonne.

Raymond GIMILIO
Oléiculteur à Claret (Hérault)
Président de l’ODAM (Montpellier)
 Trésorier du CIDES34 (Hérault)

P.S. : prenez connaissance de cette invitation

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le Lanceur d’alerte

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Amétyst : mélange de déchets triès par ailleurs

Nouveau logo carré

Cristal d’améthyste

 L’usine de traitement des ordures ménagères de Montpellier a été baptisée « Amétyst » par son papa feu Georges Frèche. Le violet de l’amétyste est voisin du bleu (un mélange de rouge et de bleu, peut-être pour que nous n’y voyions que du bleu ? !

1 – Bref historique

Initialement prévue pour traiter 203.000 tonnes/an de déchets (33.000 en biodéchets avec 2 méthaniseurs et 170.000 tonnes/en OMR avec 6 méthaniseurs), Amétyst n’en traite plus que 140.000 d’un mélange d’OMR.

1.1 – Le mélange des déchets triés à la source avec les OMR

1.1.1 La Gazette des Communes du 4 septembre 2013

Nous avons appris récemment qu’on y incorpore les biodéchets triés dans les communes de l’ex Agglo et les petits ensembles d’habitat collectif de Montpellier-Ville. C’est la Gazette des Communes du 4 septembre 2013 qui  recueillait cette stupéfiante confidence de l’exploitant et laissait entendre un « prochain changement de mains », en 2013 ! Vous pouvez consulter cette publication aux archives de votre commune. Mais il y a eu un information supplémentaire.

1.1.2 Le rapport de la Société NALDEO

Début 2015, nous avons appris l’existence d’un rapport d’audit fait par la société Naldéo : « Audit technique et financier et renouvellement de DSP d’exploitation de l’usine de méthanisation Amétyst ». Nous avons demandé à le consulter, on nous l’a refusé. Il nous a fallu faire appel à la « Commission d’accès à la documentation administrative » (CADA) pour avoir le droit de le lire, ce qui a été fait le 8 septembre dernier. Que voulait-on nous cacher ? Le rapport de 73 pages qui nous a été présenté est bourré de tableaux très techniques. Il aurait dû être présenté, résumé et commenté à l’assemblée délibérante de Montpellier-Méditerranée-Métropole, cela n’a pas été fait nous affirmait M. Christian Fina (Directeur général des services) dans sa lettre du 21 mais 2015. Son argumentation n’a pas également convaincu la CADA.

Nous résumons ici en quelques lignes ce que nous avions déjà écrit sur le sujet. L’usine-unité Amétyst de tri-mécanobiolgique-méthanisation (et sa soeur jumelle d’Angers) est affligée de nombreux défauts de conception (défauts congénitaux : il a fallu 3 ans avant de la réceptionner). Lors de l’instruction du marché de construction attribué à Vinci à la suite d’un rapport « favorable », il n’a pas été souligné le manque d’expérience du candidat ! L’expérimentation et l’acquisition d’expérience de ce constructeur ont été payés au prix fort par les contribuables de la Communauté d’Agglomération de Montpellier ! à Angers, la décision a été prise de fermer l’usine. Ici, on tergiverse ! Ici, on hésite devant l’ampleur du scandale à venir. On a tant gaspillé d’argent pris (piqué !) au contribuable : de 67 M€ à 134 M€ et la vote d’une DSP sur 10 ans pour un montant de 150 M€ !

Le rapport Naldeo qui a été présenté à notre lecture nous apprend que le traitement mécano-biologique de l’usine appliqué à des ordures ménagères résiduelles (OMR) donne un digestat granuleux, difficile à brasser par les robustes pales des méthaniseurs suisses Kompogas AG®. Ce qui expliquerait la nécessité d’un stock de pièces détachées. En utilisation normale, ces appareils, en Suisse, ne brassent que des bio-déchets de haute qualité (de la biomasse) et non un mélange innommable et compact de « stabilisat » issu d’OMR triées mécaniquement. Seuls 5 méthaniseurs fonctionnent sur le mélange OMR « amélioré » avec les biodéchets pour un tonnage limité à 138.000 tonnes/an. Les trois autres méthaniseurs ne sont pas en service (4 M€ pièce HT) et servent de « réserve de pièces détachées » pour les autres. Une autre option aurait consisté, d’après le rapport Naldéo, à traiter 130.000 tonnes d’OMR avec 4 méthaniseurs et d’affecter 1 méthaniseur aux biodéchets. Cette option n’a pas été retenue, elle ne produirait pas suffisamment de biogaz par manque de biodéchets excédentaires ! Qui a autorisé le tour de passe-passe-manipulation de l’incorporation des bio-déchets triés ? Cette manipulation récompense mal les citoyens qui trient et qui se démotivent. Elle a même fait l’objet d’un brevet par l’exploitant (nous n’en avons rien à faire !, ce n’est pas notre problème). Alors que la mise en place du tri citoyen dans les grands ensembles n’a jamais reçu toute l’attention voulue et à même été arrêtée, si elle a jamais été commencée !

D’autre part, le rapport Naldéo nous apprend que le digestat sortant des méthaniseurs n’est pas centrifugé et désydraté comme cela se fait dans des usines réalisées par d’autres constructeurs. Il est égoutté (pas deshydraté) et part, humide, vers l’ISDND ! Il continue donc à fermenter et à puer ! On comprend mieux la puanteur de l’ISDND de Castries.

Parallèlement, d’autres sources nous indiquent que la biomasse végétale (les déchets verts initialement traités sur le plateforme de compostage de Grammont, ces déchets nobles prennent le chemin d’Amétyst où ils sont incorporés aux intrants des digesteurs.

1.2 – Pourquoi ce mélange

Le brassage d’un mélange granuleux provenant des intrants issus du tri mécanique use et fatigue les digesteurs à palettes construits par Kompogas.

2 – La saisine des autorité préfectorales

2.1. La CSS de l’usine

De réunion en réunions de CSS, le système destiné à enfumer (désinformer) les électeurs et les élus des communes de Montpellier-Métropole. A chaque réunion, les représentants des associations de riverains dénoncent le mauvais fonctionnement de l’usine. Qui sont ces associations ? L’arrêté préfectoral n° 2018-I-269 du 26 mars 2018 (page 2) désigne :

  • Madame la Présidente de l’Association des Riverains de la ZAC de Garosud,
  • Monsieur le Président de l’Association Languedoc-Roussillon Nature Environnement(LRNE),
  • Madame la Présidente de l’Association Mosson-Coulée Verte.

Nous avons signalé (sur ce site) un article qui dénonce une mauvaise composition de la CSS et un manque de rigueur de l’Administration dans le choix des associations, au moins à l’égard de LRNE qui ne participe pas et ne représente plus rien. Un article similaire dénonce la même anomalie sur un site de citoyens-contribuables.

Lors de la 2e CSS du 6 juin 2018, le porte-parole de l’Association des Riverains a dénoncé vertement :

  • les plaintes des riverains du quartier (ZAC et lotissements) pour odeurs fétides qui empuantissent la zone,
  • le mélange des déchets triés (biodéchets) avec les déchets bruts (OMR).

Sur ce dernier point, l’administration d’interroge.

2.2 – La position de l’administration préfectorale

Le problème posé est pourtant clair : une loi (Loi du 17 août 2015 sur la transition énergétique) et son décret (2016-288 du 12 mars 2016) sont clairs. Ils interdisent le mélange de déchets ayant fait l’objet d’un tri avec des déchets bruts.

L’article 4 du décret est sans ambiguité. Il insère dans le Code de l’Environnement un article 543-226-1 « Il est interdit de mélanger des biodéchets triés par leur producteur ou détenteur avec d’autres déchets n’ayant pas fait l’objet d’un  même tri. ».

Ceci est rédigé en langue française (langue officielle de la France) et c’est un décret d’application qui vise une loi en modifiant le Code de l’Environnement ‘La Loi). De 2015 (promulgation de la loi) et 2016 (décret d’application) plus de deux ans se sont écoulés. Un décret d’application sert à préciser les modalités d’application de la loi visée. Nous posons le question de savoir si l’administration préfectorale est chargée de veiller à l’application des lois, non à les interpréter ? L’administration préfecorale et son chef le Préfet sont-ils là pour aider de grandes sociétés et les collectivités territoriales délégataire à contourner les lois ? C’est au Préfet et à son administration de dire s’ils sont du côté des citoyens et de leurs associations ?

2.3 – La position des associations

Partout, en France, des associations de défense des citoyens et de leur environnement se dressent et se fédèrent. ici, Occitanie-Midi-Pyrénées, les associations de protection de la Nature (dont France-Nature-Environnement -FNE-LR-, ne pas confondre avec la défunte LR-NE) participent au Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) et soutiennent la position de la Présidente et de ses vice-Président(e)s qui soutiennent la ligne de la loi de transition énergétique et son corollaire « Zéro déchets zéro gaspillage ».

3 – Pourquoi le mélange ?

La qualité des déchets bruts (désignés par déchets résiduels ou OMR collectés en poubelle dite grise) est mauvaise. Si les communes périphériques trient les bio-déchets à la source (moins bien ces dernière années), la collecte de ces précieux déchets pose de gros problèmes. Ils arrivent à l’usine en pleine putréfaction et provoquent des odeurs méphitiques que l’exploitant a du mal à maîtriser. Les grands, moyens et petits ensembles immobiliers de Montpellier ne trient pas ou mal. La quantité y est, pas la qualité de ce tout venant farci de plastiques, piles, verre et autres est mauvaise. Il faut extraire par tri mécanique la fraction fermentescible (FFOM) qui se révèle de mauvaise qualité et donnait un mauvais rendement en bio-gaz (méthane) et se révélait impropre à produire le compost promis. D’où l’amélioration du tri mécanique avec la phase d’ultracriblage Amétyst II récemment installée à grand frais !

En mélangeant les bio-déchets et les déchets verts (Grammont) avec les bio-déchets (FFOM) extraits des OMR, ON (MMM et Novergie-Amétyst) améliore, certes, la qualité du digestat soumis à la méthanisation mais en infraction avec la loi et les déchets. ON s’évite l’extension du tri à la source (il va devenir obligatoire prochaienement) et ON fuit en avant !

ON bourre une décharge à Castries et ON exporte des déchets en contravention avec la loi.

4 – La solution « Zéro déchets zéro gaspillage »

C’est la solution que Montpellier-Métropole et ses réalisations calamiteuses (Amétyst, Maéra, ISDND de Catries, …), sa participation à l’alimentation de l’incinérateur OCREAL (Lunel-Viel) refuse apparemment d’appliquer. On traine les pieds depuis plus de 30 ans au prétexte qu’on n’y connait rien ! On se repose sur les solutions industrielles

Où en est la prévention des déchets à Montpellier ? La diminution du poids et du volume des déchets n’est pas du goût des industriels de la collecte, du traitement (TMB-méthanisation et incinération) et de l’enfouissement. La diminution équivaut à une diminution de leur chiffre d’affaire ! Impensable pour eux, indispensable, intangible pour nous avec l’objectif « Zéro déchet zéro gaspillage ».

pour le CA de l’ODAM
Raymond Gimilio,

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le Lanceur d’alerte

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Amétyst : 2e controverse : Agglo contre le tri à la source

Nous avons revu cet article publié en 2017. Nous estimons qu’il est toujours d’actualité

Nouveau logo carré

Introduction

Nous avons déjà expliqué que l’unité de méthanisation « Amétyst » est en réalité une usine de traitement mécano-biologique comprenant :

  • un prétraitement mécanique qui prétend trier par des moyens mécaniques des déchets dits résiduels (résultat du tri à la source), en réalité des déchets bruts qui n’ont fait l’objet d’aucun tri, prétraitement destiné à extraire la fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM)
  • un traitement biologique par digesteurs Kompogas AXPO® de cette FFOM,
  • une mise en décharge à Castries-ISDND-GSM des refus ou une mise en incinérateur à OCREAL-Lunel.

La lecture du document produit par Montpellier-Agglomération et joint au rapport de la commission d’enquête « Mémoire en réponse au procès-verbal d’observations de la Commission d’Enquête du 3 mars 2006 » nous révèle bien des aspects cachés de cette usine et apporte un éclairage sur la véritable intention cachée des vrais promoteurs de cette usine, le service de Prévention des Déchets et de ses responsables. Simplement, la lecture de ce document introuvable sur Internet n’a été faite que ces jours ci (fin mai 2018). Dix ans et plus après se publication, cette lecture se trouve être assez savoureuse pour une personne compétente en matière de science du traitement des déchets (la rudologie).

1 – Comprendre une enquête d’utilité publique

Les conditions dans lesquelles se déroule une enquête d’utilité publique sont criticables et n’ont jamais fait l’objet d’une réforme de fond. Lors de sa venue à Montpellier en 2006, Madame Corinne LEPAGE (ancienne ministre) nous avait fait part de son échec en la matière.

1.1 – Le Commissaire enquêteur (CE)

Il n’existe pas de statut officiel de commissaire enquêteur. C’est un collaborateur occasionnel de l’administration. Nous avons retenu d’un document de 2017 (Formation des nouveaux CE du 22 mars 2017) qu’il doit conduire sa mission « avec objectivité » ! La déontologie précise l’indépendance du CE !

1.2 – l’indemnisation des CE

En 2003, il existe un fonds géré par la Caisse des dépôts et consignations, dénommé fonds d’indemnisation des commissaires enquêteurs qui va percevoir de la part des maîtres d’ouvrage les indemnités dues aux commissaires enquêteurs, et les leur reverser. Le montant de l’indemnité à verser est fixé par le Président du Tribunal administratif. Est-il possible que les maître d’ouvrage (demandeurs de l’EUP) puissent agir sur les CE ? Nous ne pouvons répondre à cette question.

1.3 – La voix de son maître

La lecture du rapport des CE,  12 ans après, laisse planer un doute sur l’objectivité des dits CE. Les résultats catastrophiques de l’usine concernée permet d’affirmer qu’ils se sont lourdement trompés en n’écoutant que la voix du maître d’alors et de ses services qui ne voulaient pas entendre parler de tri à la source et de petites usines modestes. Non, on a voulu battre le record de France de la plus grosse usine de tri mécanobiologique.

2 – Les digesteurs-méthaniseurs horizontaux

La page 56 du mémoire en réponse de l’Agglo de Montpellier nous revèle une curieuse vérité : le choix des méthaniseurs horizontaux, qui participe à l’intégration paysagère et au souci de ne pas dépasser une certaine hauteur. Ce choix a été fait sciemment en fonction des caractéristiques mécaniques à toute épreuve de cette mécaniques suisse dont les qualités sont tant vantées et de la qualité médiocre du prétraitement mécanique. Nous citons le texte de l’Agglo « Ce concept a démontré sur de nombreuses installations et depuis de nombreuses années sa capacité à faire transiter les éléments lourds contenus dans les déchets (pierres, cailloux, sables, verres, …) ». Donc, au contraire de ce que font les usines Kompogas en Suisse, à Montpellier la surdouée on va enfourner des pierres, des cailloux, des sables, du verre …

Messieurs les CE, vous avec lu ce mémoire annexé à votre rapport ! On va enfourner des FFOM de mauvaise qualité dans un équipement helvètique dont vous vantez la qualité ! Vous ne pouviez pas ignorer cet aspect des choses comme vous ne pouviez ignorer le rapport INERIS sur les odeurs ! Vous avec fait tout pour donner au maître d’ouvrage (le Maître Georges FRECHE) un avis favorable à une usine qui pue et que deux rapports de la Cour des Comptes ont clouée au pilori !

Une usine qui n’a été réceptionnée  que longtemps après sa mise en service et dont l’exploitant NOVERGIE a dû améliorer les performances du tri-criblage du prétraitement mécanique (opération AMETYST II : ulracriblage) !

Messieurs les Commissaires enquêteurs, vous êtes cordialement invités aux festivités du 10e anniversaire de l’usine le 1er juillet 2018, à Montpellier ! Rassurez vous, il n’y aura pas de tomates ni d’oeufs (même pourris) contre vous, nous sommes contre le gaspillage de la nourriture ! Pas de plumes et de goudron.

Que voulons nous ? Faire fermer l’usine progressivement et mettre en place le programme qui suit.

3 – Zéro déchets, zéro gaspillage

En 2016, une conférence de Zero-waste-France se tient à Castries puis à Montpellier. Le Ministère de l’Environnement lance un appel à propositions « Zéro déchets, zéro gaspillage ». Fin 2017, le Conseil régional se voit confier la compétence pour organiser le Plan régional de prévention et d’élimination des déchets (PRPGD). Montpellier a perdu son statut de capitale régionale bien que certains services aient été maintenus à Montpellier. Le centre des décisions est maintenant à Toulouse où siège l’assemblée délibérante sous la présidence de Mme Carole Delga entourée de conseillers écologistes. Aucun des délégués ne représente le parti politique sur lequel le Président de Montpellier-Métropole s’appuie ! Fâcheuse situation.

Un collectif d’associations citoyennes, le CIDES34 s’est constitué le 7 janvier 2017, fruit du rassemblement de plusieurs associations et collectifs citoyens. Ce collectif a des membres dans les Commissions de suivi de site (CSS, successeurs des CLIS).

La politique déclarée lors d’une session régionale destinée à la préparation du PRPGD annonce clairement (Mme Agnés Langevine, vice-Présidente du Conseil régional représentant Mme Carole Delga, Présidente) l’objectif de ««Zéro déchets, zéro gaspillage»» et l’abolition des plans départementaux des déchets qui seront remplacés par le PRPGD. La fermeture du 2e four d’OCREAL est actée comme la non mise en place d’un 3e casier à Castries.

Montpellier-Métropole ne s’émeut pas ! On ira déverser ailleurs notre m… ! Nous ne saurons, à 2 ans des élections municipales laisser passer une telle irresponsabilité ! Montpellier-Métropole doit effectivement mettre en place une véritable politique de prévention des déchets (diminution en poids et en volume), le tri citoyen à la source et la mise en place d’une Redevance incitative en remplacement d’une Taxe (encouragement au laxisme).

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Le Tube : sacrée nouveauté ?

Nouveau logo carré

Le jeudi 15 septembre 2016, le quotidien Midi-Libre a rendu compte d’une conférence de presse avec un titre censé interpeller les citoyens « Déchets : avis aux citoyens ». La « Métropole (3M) » a adopté un slogan « Le changement c’est maintenant » et « Ensemble, soyons responsables ». L’ODAM réagit avec quelques jours de retard, après les réactions citoyennes (Lattes, Castries, Riverains de Garosud). Une page entière consacrée au déchets et à la propreté dans Midi-Libre, c’est inhabituel, deux articles avec les réactions des riverains, encore moins. 

Le titre de l’article « Déchets : avis aux citoyens » est comminatoire, 3M sous la plume de Diane Petitmangin nous met en demeure, il ne manque que le roulement de tambour à l’appui ! « Avisse à la population » aurait crié le garde champêtre ! Reprenons l’article.

1°) Des collectes apaisées ? La collecte des biodéchets n’est pas adaptée aux conteneurs à biodéchets distribués selon les types d’habitats. Nous l’avons souvent dénoncé ici, Montpellier-Méditerranée-Métropole persiste et signe dans son erreur. Le seul conteneur adapté à la collecte des biodéchets est le compostainer. Le citoyen a rien à voir là dedans. Il y a plus de cinq ans, lors d’une rencontre avec les fonctionnaires responsables de la Direction de la Prévention des déchets, nous avions parlé de ce conteneur d’origine allemande-nordique-japonaise qui est parfaitement adapté à ce type de collecte, évite odeurs et mouches. Balayé d’un revers de main directorial « ça ne marche pas ! » mais sans préciser pourquoi ! L’autocrate en charge de l’Agglo en 2009 était bien mal conseillé par des sous-autocrates bien obéissants et dressés sur leurs certitudes : circulez, y’a rien à voir ! Les citoyens n’ont pas été entendus, ils n’y sont pour rien, on ne mets pas le bon matériel à leur disposition

2°) Un sacré tube ? Le journaliste aborde la super nouveauté mise en place par Montpellier-Méditerranée-Métropole : « le Tube » exclusivement réservé aux bioidéchets et dont quelques exemplaires ont été mis en place à grand renfort de deniers publics. Le journaliste souligne  que Montpellier-Méditerranée-Métropole dit qu’il s’agit « d’un de nos grand défis puisque ces populations ne sont pas habituées à trier les biodéchets » ! Les habitants de Boirargues, Vendargues et du quartier Paul-Valéry apprécieront les paroles de Monsieur Meunier : ils sont des demeurés qui ne savent pas trier ! Ce tube n’empêche pas les biodéchets de fermenter, il garde les odeurs sous un couvercle hermétique et doit être construit en acier solide pour éviter les explosions du méthane qui s’y forme ! Au contraire du compostainer où les biodéchets se déshydratent et ne fermentent pas. Le journaliste souligne et c’est à son honneur que « le tube est gourmand en logistique et investissement : il est évacué par camion et a besoin d’un petit frère quant il est enlevé pour le remplacer in situ. » Le prix d’un tube est gardé confidentiellement, il serait intéressant de le comparer à celui d’un compostainer !

Un second article sous la plume de Sébastien Hoebrechts recueille des avis citoyens, à charge pour la plupart. Montpellier-Méditerranée-Métropole est sale (Celleneuve, Plan-des-4-Seigneurs). Les habitants sont excédés, il suffit de parcourir le territoire de la Métropole. « C’est paroles, paroles, paroles ». « Ne parlez pas de propreté aux riverains. Ils sont excédés. »

Le tri ne se décrète pas à coup d’injonctions ! Il faut prendre la Métropole ville par ville, quartier par quartier, immeubles par immeubles pour inculquer les pratiques. Cela demande du temps et des ambassadeurs du tri formés, motivés, encadrés, évalués qui vont travailler avec les syndics d’immeubles et les bailleurs sociaux, avec les comités de quartiers. Il faut parler du programme « Zéro déchets, zéro gaspillage » que soutient l’ODAM envers et contre les sous-autocrates de la direction de la prévention des déchets. L’association nationale « Zero waste France », le Ministère de l’Environnement, l’ODAM et, bientôt, le Collectif Interassociatif des déchets de l’Hérault rénové et formalisé, tous nous poussons dans le même sens : la responsabilisation du citoyen, pas seulement dans les habitats individuels mais dans les grands ensembles producteurs de la majeure partie des « ordures ménagères résiduelles » ou OMR qui encombrent la poubelle grise. Ces OMR sont à bannir ainsi que l’illusion du tri-mécanobiologique de l’usine Amétyst qui alimente la décharge de Castries et l’incinérateur de Lunel-Viel.

Et vous, lecteurs de ce site ? Qu’en pensez-vous ? Vous pouvez anonymement donner votre avis en commentant cet article. Nous qui circulons quotidiennement pour observer notre ville, nous pensons que la ville est sale, les trottoirs et certaines rues défoncées ! Montpellier-Méditerranée-Métropole ne résume pas à la ville et la ville aux beaux quartiers de l’Aiguelongue.

Le Président de l’ODAM

Raymond GIMILIO

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




PRPGD : selon la vice-Présidente de la région

Nouveau logo carré
Selon la vice-Présidente de la Région en charge du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets, l’incinération des déchets appartient au passé.
Nous sommes d’accord : place au tri à la source, aux procédés en R (recyclage, réutilisation, …) et à la redevance incitative (en remplacement de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères).
cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen