1

Incidents-accidents : combien d’usines en Europe

Nous prions nos aimables visiteurs et lecteurs de bien vouloir nous excuser si les liens ne fonctionent pas s’agissant de documents anciens.

Merci de votre compréhension


On connait 17 usines de Tri mécanobiologique-Méthanisation selon une fiche ARIVEM (cliquez pour charger) résumée :

  1. Angers (Fr, in. 2011) : proche habitations, bruit, mouches, hausse de consultations médicales.
  2. Fos-sur-Mer (Fr, in. 2010) : hors zone urbaine, incendie grave le 4 novembre 2013.
  3. Hamlar (De, in. 2009 : hors zone urbaine, usine détruite (explosion, incendie grave).
  4. Montpellier (Fr, in. 2008) : proche habitations, odeurs, mouches, incendie grave 14 septembre 2010.
  5. Daugendorf (De, in. 2007) : hors zone urbaine, incendie grave, usine détruite.
  6. Göttingen (De, in. 2006) : hors zone urbaine, explosion, usine détruite.
  7. Drôme-Ardèche (Fr, in. 2005) : hors zone urbaine, odeurs. marché résilié.
  8. Hanovre (De, in. 2005) : pannes.
  9. Barcelone (Es, in. 2004) : hors zone urbaine, odeurs, mouches, consultations médicales en hausse, incendie grave.
  10. La Corogne (Es, in. 2002) : mouches, odeurs, explosion, pannes.
  11. Bassano (It, in. 2002) : odeurs, hausse consultations médicales.
  12. Varennes-Jarcy (Fr, in. 2002) :  incendie 25 août 2013. Odeurs.
  13. Mons (Be, in. 2001) proche habitations, odeurs, mouches, incendie grave.
  14. Cadix (Es, in. 2000) : hors zone urbaine, usine HS.
  15. Tahiti (Fr, in. 1991) hors sone urbaine, usine HS.
  16. Amiens (Fr, in. 1988) : RAS.
  17. Farington (UK, in. 2010) : proche habitations, odeurs, mouches.

Pour plus de détails, voyez le site ARIVEM-Romainville.
cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le Lanceur d’alerte

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Incendie dans un site de traitement de déchets

Le 4 novembre 2013, un incendie se déclarait dans l’usine de tri mécanobiologique-méthanisation de Fos-sur-Mer et détruisait presque entièrement cette unité, le feu ayant progressé jusqu’à la fosse de réception des ordures ménagères brutes commune avec l’incinérateur.




20/07/2014 Incendie ISDND Castries

Nouveau logo carré

Info

L’ISDND (décharge) de Montpellier-Agglomération, situé au lieu-dit « Carrière GSM » à Castries, a pris feu le dimanche 20 juillet 2014 vers 11h30, selon ce que nous communique l’ACIDC, photos à l’appui.

La question se pose : comment des déchets dits inertes peuvent-ils brûler ? Il y aurait-il eu mise en décharge de déchets non-traités !  Comment le feu a-t-il pris ? Nous savons que heureusement ce matin là de fortes pluies sont tombées, noyant l’incendie. Ces pluies ont percolé des substances brûlées qui ont pu percoler vers de sous-sol ?

Il faut cesser de raconter que seuls des déchets ultimes sont déversés là ! Qui ment au nouveau Président de Montpellier-Agglomération et aux populations de la dite agglo à qui on raconte des calembredaines. Cet ISDND ne doit pas stocker des déchets dangereux, capables de brûler. Il ne doit accueillir que des déchets non-dangereux.Non dangereux ? Et pourtant ça brûle !

Ca fume ! A Castries ISDND.

pour le CA de l’ODAM
Le Président

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

sego4-150x150




AMETYST : une douloureuse surprise citoyenne

Nouveau logo carré

Info

Il est inexact de dire que Montpellier-Agglomération ne fait rien en matière de déchets. Notre Agglo communique.

Dans le n° 1232 du 26/01 au 1er/02/2012, il y avait un très beau supplément publicitaire de « La Gazette » intitulé « Réduire et valoriser nos déchets : le guide pratique ». Bien sûr, en page 2, bien visible, le Président de l’EPCI (M. Moure, Montpellier-Agglo)I, conseiller général du canton de Pignan et maire de Cournonsec. La lecture du fascicule est très pédagogique et nous la reprenons, avec l’indication du publicitaire qui l’a imprimé, aux frais des contribuables et distribué avec son hebdomadaire. C’est parfait, rien n’y manque, sauf que les populations qui ne trient pas ne se donnent pas la peine d’acheter la presse et de lire ce fascicule. Il faut, sur le terrain, en plus, des Ambassadeurs du tri, surtout quand on lit ce qu’il advient de la partie triée des déchets ménagers, les biodéchets, n’est plus traitée dans la ligne de biométhanisation mais est réincorporée dans les OMR qui sont le résultat de la collecte effectuée dans les grands ensembles. Là, on ne trie pas ! Ce qui donne un tout venant difficile à traiter et où cette réi-ncorporation « aide le processus » !

Une Gazette chasse l’autre. La Gazette de Communes a publié un article en date du 23 septembre qui fait le point sur « Montpellier Agglomération : la laborieuse mise en route de l’usine de méthanisation » où, entre autres vérités débusquées par le journaliste J. Leroy, figure l’arrêt de ligne de biodéchets car « La matière organique collectée en porte à porte dans les quartiers pavillonaires [et dans le petit habitat collectif] est finalement broyée et mélangée au tout-venant préfermenté, pour en augmenter le pouvoir méthanogène. » Ce qui signifie qu’au jour de la mise sur Internet de l’article (28/03/2013), le travail de tri des citoyens (vanté pages9 à 13), en couleur et sur papier glacé ne sert à rien ? Les biodéchets triés et les déchets résiduels collectés dans ces habitats sont mélangés aux ordure ménagères résiduelles (OMR) collectées dans les grands ensembles collectifs. C’est là que, selon l’encouragement de M. Christian Fina, « Il faut absolument que progresse la qualité du tri à la source, estime Christian Fina (finochard !), ce qui permettra de réduire les volumes entrants et d’élever la qualité du compost. Il y a aussi des gains à réaliser dans la collecte des biodéchets, que nous pourrions aller chercher chez les professionnels. La production de combustible solide de récupération, à partir des refus légers, permettrait également d’améliorer le bilan de l’usine. ». En quoi consiste donc l’amélioration du process portant sur « sur deux dépôts de brevets, portant sur la préparation de la matière et le pilotage des digesteurs. », aboutissant à « une capacité de l’usine (140.000 t/an) qui s’avère inférieure à celle prévue à sa construction (170.000 t/an). » et à un dédit financier de 3,5 M€ payé par Montpellier-Agglomération. Il est temps que la Cour des Comptes revienne à l’Agglo et que la justice s’intéresse au marché public de l’usine attribué à Vinci-Environnement, incapable de produire une usine de traitement d’ordures ménagères opérationnelle 4 ans après son inauguration. A quoi aura servi le brochure de La Gazette de Montpellier face à la Gazette des communes ? Auparavant, l’usine aura subi un « incendie accidentel » le 13 septembre 2010 qui l’immobilisera 18 mois ! L’usine « réinventée » par SITA-Novergie ne peut plus fonctionner si elle n’incorpore pas les biodéchets triés dans les OMR. Quel progrès ! Progrés que le journaliste explique : « L’intercommunalité a validé ce changement de process, qui constitue néanmoins l’un des motifs de résiliation de la convention passée avec Sita (moyennant une indemnité de 3,5 millions d’euros). Les modalités de fonctionnement, « parfaitement maîtrisées par l’exploitant » reconnaît-on à l’agglo » !

Raymond GIMILIO (Montpellier)

3 décembre 2013

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen