1

Changement de politiques des déchets à Montpellier-Métropole

En introduction, une vidéo sur la nouvelle politique des déchets de Montpellier-Métropole, offerte par l’ODAM.

Introduction

Les dernières élections municipales à Montpellier (2e tour déporté au 28 juin 2020) ont vu l’arrivée d’une nouvelle équipe aux commandes et l’élection de M. Michaël Delafosse comme Maire et Président de Montpellier-Métropole. Dans la foulée de cette élection, M. Delafosse a été élu Président de la Métropole. Nous saluons l’élection de M. François Vasquez et sa nomination comme Vice-président  de Montpellier Méditerranée Métropole, Délégué à la Collecte, tri, valorisation des déchets et à la Politique zéro déchet. Plus de 18 années se sont écoulées depuis le 11 septembre 2004 date à laquelle l’ODAM a été fondée à la Brasserie Le Dôme. Enfin, un Maire-Président de Métropole accepte dans son équipe un membre démissionnaire d’une association qui lutte contre les traitements inappropriés des déchets ménagers. Rappelons que François Vasquez a été le porte-Parole de l’Association des Riverains de la ZAC de Garosud. Cette association s’est créée pour lutter contr l’implantation dans la zone d’aménagement concerté de Garosud d’une usine dont le promoteur Georges Frèche prétendait, à tort, qu’elle était écologique. Il l’avait baptisée (une de ses manies) « Amétyst ».

L’usine Amétyst ou unité de méthanisation

L’usine Ametyst ou unité de méthanisation a été au coeur des luttes de l’ODAM. Consultez notre fiche. Nous avons à plusieurs reprises tenté de faire partie des CLIS (commissions de suivi de site) devenues CSS (commissions de suivi de site), nos candidatures ont été rejetées. Ce qui ne nous a pas empêchés de suivre les travaux de cette commission comme également celles des autres sites dédiés au traitement des déchets.
Sur l’inefficacité de cette usine, vous pouvez consulter notre fiche.

La Commission de suivi de site d’Amétyst

La Commission de suivi de site d’Amétyst (CSS) du 29 mai 2019 a été la dernière dont le compte-rendu est consultable sur le site de la Préfecture. Pour celle du 1er juillet 2021, seul est disponible le document technique de l’exploitant (assez imbuvable pour qui n’est pas spécialiste. C’est le contenu des débats qui devrait informer le public. Pourquoi la DRCL ne le publie pas sur le site de la Préfecture ? Est-ce une mauvaise prise en charge par Google ?
Nous avons pu nous procurer ce compte-rendu officiel signé au nom du Préfet par Monsieur le Secrétaire général de la Préfecture (SGP) en date du 30 septembre 2021. Ce qui est intéressant sont les questions posées par les associations et les réponses de M. Vasquez. Nous mettons ce CR a votre disposition, cliquez ce lien.
Nous avons des remarques à faire sur les réponses de M. Vasquez dont nous pensons qu’elles ont été mal transcrites par le secrétaire de séance. Nous les lui réservons.
Nous ne manquerons pas de les publier ici.
 

https://www.youtube.com/watch?v=SOPVTiCrWIghttps://www.youtube.com/watch?v=eFu0y9dogMs

Vous pourrez voir que celà ne date pas d’hier. A la Carmagnole, nous avions déjà exposé ce que nous voulions, François était notre porte-parole. Aujourdhui, il exprime encore nos idées. L’ODAM est membre fondateur du CIDES34, nous vous offrons aussi l’interview de sa Présidente.

https://www.youtube.com/watch?v=45GTYMfaxLYhttps://www.youtube.com/watch?v=y2Vp1C59LoQ
cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

Docteur en sciences biologiques mention écologie
Licencié és-sciences de la Terre

sego4-150x150




Inondations : à Montpellier la surdouée

Nouveau logo carré

Introduction

A Montpellier et dans ses environs, la nature est allègrement ravagée. Les exemples ne manquent pas, au coin de chaque rue, dans chaque quartier. A peine une villa est-elle en vente (à la suite de décès, par exemple et d’une vente par les héritiers), la commune préempte pour démolir et évacuer des gravats (on a de l’argent, on est pétés de thunes disait Georges Frèche !). Quand une surface est suffisante pour construire, après réunion des parcelles démolies,, on bâtit un immeuble. Et vive le béton !

Un EPCI

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, la commune et les communes associées dans l’établissement public de coopération intercommunale (EPIC) dénommé « Montpellier-Méditerranée-Métropole », les vignes font place à des lotissements qui créent des verrues hideuses en bordure des villes et villages. S’il n’y a pas de terrains constructibles parce que frappés par des plans de prévention aux risques d’inondations (PPRI), les maires vont tout faire pour contester les avis scientifiques et techniques autorisés, mettant en avant tous les arguments possibles pour contester les avis précédents et faire voter des révisions de PER (plans de prévention et d’exposition aux risques d’inondations PPERI).

Que les élus locaux se persuadent qu’en cas de catastrophe naturelle « dite imprévisible » ou prétendue telle. Les risques d’inondation existent bien, nous aurons eu le mérite d’être les lanceurs d’alerte qui on invoqué et continuent d’invoquer le pricinpe de précaution inscrit dans notre constitution.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM.
Lanceur d’alerte

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Convention d’Aarhus

Dans son livre « La terre : Trop belle pour mourir ».- Editions l’Harmattan, 2006 (pp. 93-94), M. Dany Dietmann, maire de Manspach et Député européen, donne une information importante pour tous ceux qui se battent contre le « déni de démocratie », particulièrement dans notre Agglomération. Nous en avons fait l’expérience : la moindre demande de communication sur un dossier d’usine ou d’aménagement, présentée à la Mairie ou à l’Agglo, se termine immanquablement par un recours à la Commission d’Accès à la Documentation Administrative, avec un retard de plusieurs mois pour prendre connaissance des informations. Souvent, il est trop tard ! Je cite : « … la France a adopté, le 25 juin 1998, avec 39 états, la Convention d’Aarhus, en application de l’article 10 de la déclaration de Rio de juin 1992. La transcription de cette convention dans la loi française n° 2002-285 fut votée le 28 février 2002 sous l’intitulé : « Approbation de la convention sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement ».

Le 28 février 2005, le Président Chirac  fait voter par l’Assemblée Nationale la Charte de l’Environnement qui introduit dans la législation française le principe de précaution.

Comment se fait-il que de nombreuses décisions de justice contre des décharges ou des ICPE (incinérateurs, …) restent lettre morte? On voit un Préfet passer outre une décision de justice pour maintenir en activité un incinérateur condamné! Quelle lutte de longue haleine ont mené les membres de l’Association «Entre mer et étangs» contre la décharge du Thôt et la réouverture des casiers des Jardins de Maguelonne. Défendez-vous, faites appliquer la loi!

Un Texte de loi : cliquez sur ce lien pour accéder au texte de loi  et sur son Décret d’Application.