Non au projet d’extension de la STEP Maera


Maera la Néréide

Projet inutile ? A qui va servir l’extension de Maera ?  Maera ne fonctionne pas correctement, la STEP rejette de l’eau en mer encore polluée à 5%. Et c’est dans ces 5% que se situent les micropolluants les plus dangereux : les perturbateurs endocriniens, les résidus médicamenteux. Pourquoi vouloir étendre Maera à des communes qui ne sont pas dans la Métropole ? Il y a encore beaucoup à faire chez nous avant de prétendre régler les problèmes des autres. Pour le moment, étendre Maera est INUTILE pour les 19 communes de la Métropole !
Jacky Channton, militant de longue date de la défense de l’Environnement à Lattes, Secrétaire du CIDES34 et de l’ODAM qui est membre fondateur du CIDES34 s’èlève contre l’extension prévue de la Station d’Epuration « Maéra », la Rolls-Royce des STEP ! (dixit feu Georges Frèche).
Nous vous invitons à lire la correspondance qu’il envoie à Madame Jackie GALABRUN-BOULBES, Maire du village de Saint-DREZERY et 1ère Vice-Présidente de Montpellier-Métropole (3M). C’est clair, net et précis, sans détours, M. CHANTON clame son opposition (et la notre bien sûr) à ce projet d’extension inutile.
C’est un grand projet inutile. Aux arguments de Jacky CHANTON, nous vous recommandons d’aller consulter l’abondant argumentaire que nous avons déjà développé surcle site de l’ODAM depuis plusieurs années, à savoir et en résumé que nos décideurs adorent s’endetter dans de grands projets inutiles autant que BLING-BLING avec des noms flamboyants (ici celui d’une néréide) et des inaugurations de même : ils ont l’impression de faire quelque chose  qui s’attachera à leur nom. Mais derrière, se cachent de grands industriels pour lesquels seul compte un développement qui n’est pas durable. Ils poussent au raccordement de petites stations de villages sous les prétextes les plus variés, obligeant à créer des tuyaux à travers les campagnes, des forages profonds, …. le tout bouleversant et détruisant l’environnement par des bétonnages en surface et en profondeur. Nous sommes contre car il existe des solutions de proximité qui ne nécessittent aucun tuyau ni pour transporter ni pour rejeter au loin des effluents incomplètement épurés. Les grosses stations produisent, de surcroit, des boues qu’on prétend ensuite incinérer ! Ces petites stations de village existent, sont efficaces et utilisent des procédés vraiment écologique, citons Combaillaux et ses célèbres vers de terre qui s’engraissant des effluents (Combaillaux est à une trentaine de km au nord de Montpellier). Plus de boues et les eaux vraiment épurées sont rejetées dans la rivière proche, la Mosson.
Alors, plus besoin d’extension de Maera ? Et comme Jacky le prêche, un lagunage pas rideaux de végétaux bien choisis (roseaux, …) éviterait d’envoyer en mer par un coûteux émissaire, des effluents insuffisamment épurés ! Nous dénonçons ce tuyau depuis 2.004.

Raymond GIMILIO
webmestre




Non à l’extension de la STEP Maera

Info

Projet inutile ? A qui va servir l’extension de Maera ? Maera ne fonctionne pas correctement, la STEP rejette de l’eau en mer encore polluée à 5%. Et c’est dans ces 5% que se situent les micropolluants les plus dangereux : les perturbateurs endocriniens, les résidus médicamenteux. Pourquoi vouloir étendre Maera à des communes qui ne sont pas dans la Métropole ? Il y a encore beaucoup à faire chez nous avant de prétendre régler les problèmes des autres. Pour le moment, étendre Maera est INUTILE pour les 19 communes de la Métropole !

Jacky Channton, militant de longue date de la défense de l’Environnement à Lattes, Secrétaire du CIDES34 et de l’ODAM qui est membre fondateur du CIDES34 s’èlève contre l’extension prévue de la Station d’Epuration « Maéra », la Rollss-Royce des STEP ! (dixit feu Georges Frèche).

Nous vous invitons à lire la correspondance qu’il envoie à Madame Jackie GALABRUN-BOULBES, Maire du village de Saint-DREZERY et 1ère Vice-Présidente de Montpellier-Métropole (3M). C’est clair, net et précis, sans détours, M. CHANTON clame son opposition (et la notre bien sûr) à ce projet d’extension inutile.

C’est un grand projet inutile. Aux arguments de Jacky CHANTON, nous vous recommandons d’aller consulter l’abondant argumentaire que nous avons déjà développé sur le site de l’ODAM depuis plusieurs années, à savoir et en résumé que nos décideurs adorent s’endetter dans de grands projets inutiles autant que BLING-BLING avec des noms flamboyants (ici celui d’une néréide) et des inaugurations de même : ils ont l’impression de faire quelque chose  qui s’attachera à leur nom. Mais derrière, se cachent de grands industriels pour lesquels seul compte un développement qui n’est pas durable. Ils poussent au raccordement de petites stations de villages sous les prétextes les plus variés, obligeant à créer des tuyaux à travers les campagnes, des forages profonds, …. le tout bouleversant et détruisant l’environnement par des bétonnages en surface et en profondeur. Nous sommes contre car il existe des solutions de proximité qui ne n’écessittent aucun tuyau ni pour transporter ni pour rejeter au loin des effluents incomplètement épurés. Les grosses stations produisent, de surcroit, des boues qu’on prétend ensuite incinérer ! Ces petites stations de village existent, sont efficaces et utilisent des procédés vraiment écologique, citons Combaillaux et ses célèbres vers de terre qui s’engraissant des effluents (Combaillaux est à une trentaine de km au nord de Montpellier). Plus de boues et les eaux vraiment épurées sont rejetées dans la rivière proche.

Alors, plus besoin d’extension de Maera ? Et comme Jacky le prêche, un lagunage pas rideaux de végétaux bien choisis (roseaux, …) éviterait d’envoyer en mer par un coûteux émissaire, des effluents insuffisamment épurés ! Nous dénonçons ce tuyau depuis 2.004.

Raymond GIMILIO

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

sego4-150x150




Les lombrics à l’oeuvre à Combaillaux

Nouveau logo carré

Article modifié le 13 septembre 2008. Revu le 28 novembre 2013.

Combaillaux, sympathique petit village de la Communauté de Communes du Pic-Saint-Loup possède une réalisation intéressante : une lombri-station pour l’épuration des eaux usées. Bof, direz-vous, des lombrics, quelle galéjade ! Non ! C’est écologique et çà fonctionne, cela a même été en partie financé par l’Europe (tout le monde ne peut pas en dire autant). Cliquez sur l’image ci-dessous de l’accueil du site de Combaillaux Lombri-station » ci-dessous pour y accèder. Vous trouverez un site agréable à parcourir, bien documenté sur lequel vous découvrirez tous les partenaires et tout le fonctionnement de ce procédé. Cliquez sur l’image.

Accueil Combaillaux

C’est un site pilote de traitement biologique des eaux usées. Ce matin, 10 septembre 2008, à 11h, j’y étais. Cadre agréable, en bord de rivière, propre, sans aucune odeur. En effet, la station déverse dans un cours d’eau qui alimente les étangs de notre littoral et met un point d’honneur à ne déverser que des eaux de « qualité baignade ». Braves petites bestioles ! Ce n’est pas comme Maera qui déverse en mer, au large, des eaux insuffisamment épurées pour bénéficier de l’appellation « eaux de baignade ».

Le site de Combaillaux est ouvert à la visite tous les vendredis après-midi. Se renseigner auprès de la Mairie.

Notre site ODAM vous convient-il ? Les informations qu’il apporte vous sont-elles utiles ? Soutenez notre action. Adhérez à l’ODAM ou laissez une réaction ci-dessous.

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Maera pollue la mer au large de Palavas

Info

Les Kite-surfers qui, après l’épisode neigeux des 28 fevrier et 1er mars 2018 qui ont bravé les éléments, sont tombés malades.

De source bien iformèe, des analystes médicales sont en cours.

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg
ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Maera : CR de visite d’une STEP

Nous prions nos aimables visiteurs et lecteurs de bien vouloir nous excuser si les liens ne fonctionent pas s’agissant de documents anciens.

Merci de votre compréhension

Compte rendu de la visite du 15 Janvier 2015 de la Station d’Epuration MAERA

Ce sont 31 participants qui ont assisté à cette visite qui était très attendue depuis longtemps, à l’invitation de l’ODAM.
Pour nous présenter la station et répondre à nos questions, nous avions :

  • Monsieur Nicolas MAYOL du Service d’ingénierie Mayane pour la présentation et documentation de MAERA.
  • Madame Sylvie HEINIMANN LUNA de la Direction Eau et Assainissement de Montpellier Métropole Méditerranée.
  • Monsieur Claude HOUSSIN, représentant la société Véolia et responsable de Maéra.

Nous avons trouvé en face de nous des personnes d’une grande courtoisie, disponibles et compétentes, chacune dans leur domaine.

Historique

En 1995, le District de Montpellier dépose un dossier administratif d’extension de la Céreirède avec rejet en mer. Le lancement des travaux de terrassement débute en 2002 et dès Juin 2003, c’est le début de la pose du premier tronçon de l’émissaire.
L’inauguration de la station d’épuration aura lieu en septembre 2006, elle est appelée « MAERA », la Néreide, c’est aussi le nom scientifique d’un petit crustacé. Il s’agit de la réhabilitation de l’ancienne station d’épuration de la Céreirède construite en 1965 qui est située sur la commune de Lattes.
Elle traite actuellement la majorité des eaux usées des habitants de Montpellier Métropole et industrielles qui sont raccordées au réseau d’assainissement et des eaux pluviales (dans le cas de réseaux non-séparatifs). Elle a une capacité actuelle d’environ 330 000 équivalent habitant (EH) pour une capacité maximale de la station qui est de 470 000 EH, (soit le traitement d’une ville de 470 000 habitants).
Elle a permis d’assainir la qualité des eaux du Lez en aval de la station jusqu’à la mer. La station rejette une eau épurée proche de 95% et dont l’exutoire se situe en mer à vingt kilomètres de « MAERA » dont 11 km sous l’eau à trente mètres de profondeur.

Traitements

On peut distinguer deux opérations principales dans le traitement de l’eau :
Le prétraitement qui comprend le dégrillage (qui élimine les déchets volumineux), le dessablage (qui permet d’extraire les sables), le déshuilage (qui débarrasse l’eau de ses corps gras)
Le traitement biologique qui comprend :

  • Les boues activées, avec des bassins d’aération (qui éliminent les pollutions dissoutes carbonées, azotées) et des bassins de clarification (où on assiste à la décantation du floc et sa séparation avec l’eau épurée).
  • La biofiltration. En phase d’affinage, les bactéries vont se fixer sur des billes de polystyrène et vont former un film biologique qui élimine la pollution soluble présente dans l’eau et dégrade les matières particulaires qui se sont déposées à la surface du matériau granulaire. Les billes vont ainsi constituer un filtre, bloqué dans la partie supérieure par un plafond crépiné qui ne laissera passer que l’eau épurée. Le lavage des filtres est journalier. Le biostyrène peut diminuer en granulométrie avec le temps. Afin d’y remédier il est possible de reconditionner la cellule du filtre avec des billes neuves à hauteur de 20% de billes neuves, sinon, il est valorisé par incinération.

Les résidus de traitement sont récupérés sous forme de boues et méthanisés pour la production de méthane. L’énergie sera récupérée comme combustible pour alimenter différentes utilisations de la station (production d’électricité et alimentation des digesteurs). Ce sont 70 tonnes par jour de boues traitées qui sont transportées essentiellement vers Narbonne (34) et Gailhan (30). Du fait de leur faible teneur en métaux, elles sont valorisées sur des plateformes de compostage (mélange avec des déchets verts).
Les problèmes des odeurs sont pris en compte par Véolia afin d’en réduire ou éliminer les nuisances olfactives de sulfure d’hydrogène essentiellement. Les travaux nécessaires sont, et seront effectués : divers traitements, la pose de plusieurs « nez électroniques » et la couverture de bassins.
Afin de prévenir Véolia en cas de problèmes, le numéro d’appel est : 09 69 32 35 52

Les réseaux d’assainissement

Les eaux usées sont collectées sur le lieu de leur production pour être acheminées par un réseau de conduites vers la station d’épuration. Le réseau collecteur est dit séparatif quand il n’achemine que les eaux usées ou unitaire quand il achemine aussi les eaux pluviales. Trois bassins semi-enterrés pour un volume de 25 000 m3 permettent la régulation de ces eaux pour un débit maximum de 4 m3/s, si le débit est supérieur, après de fortes pluies par exemple, la partie supplémentaire est alors déversée directement au Lez.
Elle permet de préserver le patrimoine naturel, rivières, étangs, lagunes. En particulier elle a permis d’améliorer la qualité environnementale lagunaire.
Pour plus d’information du réseau Lagunaire : http://rsl.cepralmar.com/intro_01.html
Les micropolluants contenus dans les eaux traitées ne sont pas totalement éliminés et sont rejetés en mer, ils seront ensuite dispersés dans les eaux pour élimination. Même présents en petites quantités, les micropolluants ne sont pas exempts d’impacts environnementaux et sanitaires.
La Station d’Epuration des Bouillides, à Sophia-Antipolis (06) qui s’est positionné en précurseur depuis 2012 avec un traitement des micropolluants. Cette réalisation est signée Degrémont Suez Environnement. Cette mise à niveau n’est pas prévue pour la station MAERA.

Etiage du Lez

Un apport d’eau du Bas-Rhône-Languedoc a été mis en place afin de maintenir un débit suffisant dans le Lez pour garantir les usages en aval et éviter la remontée de la nappe salée.
Le Montant des travaux (HT)

  • Travaux de rénovation et d’extension de station d’épuration : 70 M€
  • Travaux émissaire : 65 M€
  • Marchés annexes (études, maîtrise d’oeuvre, contrôles,…) : 15 M€

TOTAL :150 M€

Conclusion :

Une présentation très intéressante qui a permis à beaucoup de participants de poser leurs questions dans un esprit convivial, parfois passionné, mais toujours dans le cadre de l’intérêt général.
« MAERA » est une Station d’Epuration performante qui respecte les normes en vigueur en France. Les points faibles relevés : les réseaux unitaires mais pris en compte par MMM ; les problèmes olfactifs, mais pris en compte par Véolia ; les bassins d’orages qui ne permettent pas d’absorber le surplus à 4m3/s et l’absence d’une mise à niveau de la station afin d’améliorer le traitement des micropolluants.
A titre personnel, je vous apporte mes propres commentaires, ce qui signifie qu’ils n’engagent que moi :
Redistribuer l’eau recyclée est un enjeu pour le XXIe siècle :
On peut choisir de réutiliser les eaux pour divers usages: irrigation agricole, arrosage de pelouses, de parcs et de golfs ; refroidissement, lavage et procédés industriels ; alimentation de chasses d’eau ; mise en eau de pièces d’eau artificielles paysagerie urbaine; recharge de certaines nappes aquifères. Dans ces cas, l’eau doit être assainie mais n’a pas besoin d’être potable.
Dans le cadre du développement durable, je considère que la Station d’Epuration de demain ce sera celle qui permettra le meilleur traitement au meilleur coût tout en permettant le recyclage des eaux y compris les micropolluants. Il en est de même pour le recyclage des phosphates et du phosphore qui sont indispensables à la vie et pourtant ils vont manquer avant la fin de ce siècle.

Traitement des micropolluants :

Le nombre de substances chimiques recensées aujourd’hui est supérieur à 65 millions, chiffre qui ne cesse de s’incrémenter avec plus de 11 000 substances par jour depuis 2002 (Source : EAWAG NEWS 2009) mais il en existe 3000 qui présentent un risque sanitaire selon « REACH » (ils sont évalués en Europe).
L’extension de la Station des Bouillides (06), répond avec un temps d’avance à la directive européenne cadre sur l’eau. Celle-ci impose, en effet, la réduction de ces substances néfastes dans le milieu naturel à l’horizon 2015, et leur élimination en 2021.
Pour plus d’information sur les traitements possibles :
Cliquez ce lien : http://www.actu-environnement.com/ae/pdt/degremont-station-traitement-micropolluants-eau-380.php4
http://www.derichebourg-aqua.com/fr/actualites/loira-presente-a-pollutec-son-procede-loilyse-7/
La sous-estimation de la pollution de ces milieux en France a été dénoncée par l’organisation écologiste WWF. Le nombre insuffisant de substances toxiques recherchées (41 substances prioritaires + 4 métaux et 5 pesticides), la difficulté des protocoles de mesure (au regard des faibles concentrations quantifiables), la non prise en compte de l’effet cocktail lié à l’association de certaines molécules, ainsi que des méthodes d’évaluation impropres à décrire l’état réel des eaux seraient les principales causes de la surveillance biaisée de ces écosystèmes.
Le recyclage des eaux traitées répond à une économie circulaire :

  • Une eau utilisée plusieurs fois avant d’être rejetée dans le milieu naturel.
  • Un recyclage deux fois moins cher que le dessalement de l’eau de mer.
  • Une économie de la ressource en amont et une réduction des déchets en aval.
  • Une économie d’énergie liée aux activités de pompage et de transport de l’eau.
  • La réutilisation de matières organiques présentes dans les eaux usées, pouvant fournir, après leur méthanisation, l’énergie nécessaire à leur traitement.
  • La possibilité de devenir de l’eau potable et utilisable à des fins alimentaires après passage par des traitements poussés et par la recharge dans les nappes.
  • La contribution à une gestion active des aquifères côtiers afin de maîtriser la progression de l’intrusion saline.
  • L’utilisation dans des circuits industriels en boucle courte, dans une logique d’écologie industrielle. Les eaux doivent être traitées en fonction de l’usage qui en est fait, dans le cadre d’une étude de rentabilité économique tout en préservant les risques sur la santé, l’agronomie et l’environnement.

Ces processus sont déjà utilisés en France mais beaucoup moins développés que les autres pays européens, alors que la France est à la pointe de ces technologies.
En Espagne : La ville de Barcelone est la plus grosse unité de recyclage d’eaux usées en Europe
En France :

  • Narbonne
  • Clermont Ferrand
  • Sainte Maxime
  • Le Mont Saint Michel
  • Pornic

Je reste fidèle à mes convictions de 2009, à savoir que je considère que la station d’épuration « MAERA » conçue pour une capacité de traitement de 470 000 équivalent habitants et un coût de réalisation de 150 Millions d’euros représente un montant très élevé si je la compare à la station à la station de San Rocco (construction 2004) dont la capacité de traitement est de 1 million équivalent habitants et traite 300 000 m3 d’eaux usées par jour. Une réalisation qui a nécessité un investissement de 84 millions d’euros et recycle ses eaux pour l’irrigation de 22 000 hectares.
Consultez : http://odam.ouvaton.org/file/MAERA_RECYCLAGE_2_07_2010.pdf

Jacky CHANTON

logo-fond-bleu-clair-1

Validé le webmaster

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Les lombrics à l’oeuvre à Combaillaux

Nouveau logo carré

Article modifié le 13 septembre 2008. Revu le 28 novembre 2013. 

Combaillaux, sympathique petit village de la Communauté de Communes du Pic-Saint-Loup possède une réalisation intéressante : une lombri-station pour l’épuration des eaux usées. Bof, direz-vous, des lombrics, quelle galéjade ! Non ! C’est écologique et çà fonctionne, cela a même été en partie financé par l’Europe (tout le monde ne peut pas en dire autant). Cliquez sur l’image ci-dessous de l’accueil du site de Combaillaux Lombri-station » ci-dessous pour y accèder. Vous trouverez un site agréable à parcourir, bien documenté sur lequel vous découvrirez tous les partenaires et tout le fonctionnement de ce procédé. Cliquez sur l’image ci-dessous.

Les lombrics à l’oeuvre

C’est un site pilote de traitement biologique des eaux usées. Ce matin, 10 septembre 2008, à 11h, j’y étais. Cadre agréable, en bord de rivière, propre, sans aucune odeur. En effet, la station déverse dans un cours d’eau qui alimente les étangs de notre littoral et met un point d’honneur à ne déverser que des eaux de « qualité baignade ». Braves petites bestioles ! Ce n’est pas comme Maera qui déverse en mer, au large, des eaux insuffisamment épurées pour bénéficier de l’appellation « eaux de baignade ».

Le site de Combaillaux est ouvert à la visite tous les vendredis après-midi. Se renseigner auprès de la Mairie.

Notre site ODAM vous convient-il ? Les informations qu’il apporte vous sont-elles utiles ? Soutenez notre action. Adhérez à l’ODAM ou laissez une réaction ci-dessous.

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Ancien chef de la Mission des Systèmes d’information du SRETIE du Ministère de l’Environnement
Ancien chargé de Mission auprés du Directeur de la Nature et des Paysages du Mnistère




Pollution de la baie d’Aigues-Mortes

Une réaction du 7 septembre 200. Revue le 28 novembre 2013.

Nous avions attiré l’attention sur le milieu marin sensible que constitue le Golfe du Lion et particulièrement la baie d’Aigues-Mortes le 22 octobre 2007. Les 6 et 7 août 2008, une pollution est venue frapper les plages entre Carnon et La Grande Motte. On sait maitenant, d’après des témoignages et des analyses, qu’elle provient d’un déversement supposé accidentel d’un égout. C’est ce qu’a écrit dans sa réponse au Président de l’ODAM le vice-amiral Jean Tandonier, Préfet de la Méditerrannée[1], sans préjuger des conclusions de l’enquête menée par la gendarmerie maritime de Sète pour le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Marseille. Il n’y avait pas de bateau dans la baie d’Aigues-Mortes, le sémaphore de l’Espiguette en témoigne.

Quel égout ? L’enquête confiée par le Procureur près le Tribunal de Grande Instance de Marseille compétent en matière maritime, nous dira qui est responsable de ce gâchis.

De quoi se mêle l’ODAM ? Des affaires de l’Agglomération de Montpellier dont la station d’épuration des eaux usées « Maera » déverse en mer, dans le Golfe d’Aigues-Mortes, des eaux épurées à 70% et qui aurait pu dysfonctionner, ce qui n’a pas été prouvé.


[1] Le Préfet maritime de Toulon exerce les compétences en matière de protection de l’environnement marin.

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




De Montpellier à la mer

Le projet d’aménagement de Montpellier à la mer

1. Ce que prévoit l’Agglomération de Montpellier :

Porté par Montpellier Agglomération, le projet urbain de la Route de la Mer, implique deux communes, Lattes et Pérols, soit cinq kilomètres d’avenue et 250 hectares à transformer et à aménager :

Ø      200 000 m² de commerces

Ø      6 000 à 8 000 nouveaux logements

Ø      75 000 m² de bureaux

Ø      40 000 à 50 000 m² d’équipements

2. Pourquoi ce projet est-il dangereux ?

Ce projet répond à une ancienne volonté de Montpellier de s’étendre jusqu’à la mer. Il est maintenant réalisable grâce à la complicité de la commune de Lattes avec l’Agglomération de Montpellier depuis 2001.

Cette opération d’aménagement s’inscrit dans l’un des sites stratégiques du SCOT et dans la démarche Plan climat énergie territorial. Elle parait performante sur le papier, grâce à des “bâtiments à biodiversité positive” et répond aux souhaits de Montpellier Agglomération et de quelques architectes. Par contre sur le terrain c’est une projection qui ne répond pas aux critères d’une ville durable.

Je suis catastrophé de l’indécence d’un rapprochement avec « biodiversité ou éco-cité », Pourquoi ?

Elle serait bâtie près de l’autoroute A9 (qui doit être doublée dans les prochaines années, plus le passage du LGV) alors que c’est déjà l’une des zones les plus polluées de l’Agglomération de Montpellier. Elle est également l’une des zones les plus polluée de France selon la cartographie initialisée par l’Ineris et présenté le 22 Novembre 2011 (voir ci-dessous). Cette carte montre les situations d’inégalités environnementales où les populations sont exposées à de multiples polluants provenant de l’industrie, de l’agriculture ou du trafic automobile.

Le sud de Montpellier est le principal émetteur d’oxydes d’azote, deux à trois fois plus élevé que la partie Nord de Montpellier Agglomération. Le trafic routier n’arrête pas d’augmenter du fait du souhait de l’Agglomération d\’intensifier encore plus l’urbanisation de cette zone. Montpellier a surélevé le niveau de ses terrains d’environ un mètre entre Richter et le pont de l’autoroute de Lattes afin de construire de nombreux bâtiments. Ce qui a servi partiellement de bassin de rétention au cours de l’inondation de 1976 (la crue de référence) est devenu un fait aggravant en cas de récidive pour la commune de Lattes. Les risques locaux liés aux inondations sont tellement importants qu’ils engagent, non seulement les générations futures mais également et surtout les populations existantes.

3. Plus de trente ans que Montpellier Agglomération a une gestion environnementale catastrophique :

Elle n’a pas intégré la globalité des besoins routier et autoroutier afin de permettre une plus grande fluidité de la circulation pour un aménagement durable de son territoire. Elle est responsable du mauvais choix de gestion du Centre d’Enfouissement Technique du Thôt (une agression à la nature, laissant une pollution à long terme) et confirme ce mauvais choix par son usine de Méthanisation qui est un échec technique et financier alors que celui-ci était prévisible et pouvait être évité. Quant à l’extension de la station de la Céreirède à Lattes et baptisée « Maera » avec son émissaire de rejet en mer, c’est une réalisation très onéreuse pour le contribuable qui permet un gaspillage important d’une eau précieuse pour notre avenir. Elle contribue à polluer la Méditerranée et son réseau dégage des odeurs pestilentielles (de sulfure d’hydrogène) à plus d’un kilomètre. Pourtant il était possible de réaliser une station moins coûteuse, plus efficace, plus écologique et bonne pour le contribuable et l’emploi par le recyclage et la réutilisation de l’eau.

Le choix très contestable de l’aménagement de la Lironde qui a été réalisé non pas pour réduire les effets d’une inondation très importante mais bien pour poursuivre coûte que coûte un programme d’urbanisation intensif tel qu’il était prévu depuis de nombreuses années.

La carte des pollutions selon l’INERIS

 

4. Les risques littoraux

Notre littoral est l’interface entre la Terre et la Mer, il est très convoité. Le lobbying des entrepreneurs et promoteurs immobiliers ajouté aux ambitions des pouvoirs locaux, nous amènent devant des conflits d’usage qui risquent de devenir inextricables. Il est nécessaire de prendre en compte tous les paramètres terrestres ( urbanisation, gestion des déchets, assainissement des eaux, industries, agriculture, les effets du tourisme, impact environnement, infrastructures sur notre cadre de vie et notre santé …) ainsi qu’un espace « Tampon » nécessaire au regard des risques naturels et la protection des écosystèmes marins.

Il est également nécessaire de prendre en compte l’élévation possible et rapide du niveau marin suite au changement climatique et aux phénomènes extrêmes. Sans être alarmiste, il est impératif d’appliquer le principe de précaution car il nous sera difficile de retenir la mer très longtemps pour une gestion durable du trait de côte.

Le Rhône sous l’influence de l’urbanisation et des courants marins n’alimente plus suffisamment en sable notre côte et menace nos plages ainsi que ses habitations. Le trait de côte recule.

Palavas, Pérols, Lattes sont des villes exposées à des risques de submersion marine, directe ou indirecte, dus à la montée des eaux par surélévation du niveau marin lors de tempêtes, sous l’effet du vent, de la dépression atmosphérique, les fortes pluies accompagnant les perturbations peuvent provoquer des dégâts, à la fois matériel et humain.

Conclusion

C’est une vision de notre territoire avec une concentration des pollutions au sud de l’Agglomération, ce qui représente des enjeux environnementaux non compatibles avec la représentation de l’aménagement de notre littoral à 2050.

Jamais notre ville ne s’est retrouvée devant un enjeu aussi important pour notre environnement, notre cadre de vie, notre sécurité et notre santé.

Alors que notre Commune avait toujours préservé un espace tampon avec Montpellier, aujourd’hui, si ce projet devait être accepté, Lattes deviendrait un bourg de Montpellier et non maîtrisable par les Lattoises et Lattois. Nous pourrions souffrir d’une détérioration irréversible de notre environnement par rapport à ce que nous avons connu.

Lattes le 20/10/2011

Jacky CHANTON (Lattes)




Maera : origine des odeurs au cours de l’été 2010

Nouveau logo carré

Info

MAERA : ORIGINE DES ODEURS AU COURS DE L’ETE 2010

Au cours de l’été 2010, il a été constaté par les habitants de Lattes des épisodes fréquentes d’odeurs provoquées par les dysfonctionnements d’un réseau d’eaux usées.

Selon la direction du vent, ce sont des odeurs pestilentielles avec un pic durant la nuit du 24 au 25 Juillet 2010 qui se répandent sur un rayon de plus d’un kilomètre de la station d’épuration MAERA. Cliquez ce lien …/…

par Jacky Chanton (Lattes)

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen




Comment ça marche ?

Nouveau logo carré

Article modifie le 13/09/ 2008

Voulez-vous savoir comment ça marche. Comment marche une STEP ? L’ODAM va vous proposer prochainement un article de fond. En attendant, une seule adresse : WIKIPEDIA. Cliquez ce lien. Nous avons sélectionné un autre site recommandé par l’ADEME. Cliquez ce lien.

Nous avons sélectionné un autre site recommandé par l’ADEME. Cliquez ce lien

Organisateurs

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le président

Raymond  GIMILIO

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen