1

Montpellier, premier centre de recherches en Ecologie de France

Nouveau logo carré

Montpellier, premier centre de recherches en Écologie de France.

En faisant de recherches sur Google sur un ami décédé et dont les obsèques ont été célébrées vendredi 10 à Montpellier (Grammont), je suis tombé sur un article vantant le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (UMR 5175 CNRS, Montpellier). Cet ami et collègue éminent était Jacques Lepart. Ingénieur de recherches, il a été Directeur adjoint du Centre où il avait été recruté en 1970. J’ai été doctorant dans ce Centre, j’y ai soutenu ma Thèse de Sciences Biologiques mention Ecologie en juin 1971. Nous nous sommes croisés. Je suis parti en 1972 au Sénégal et nous nous sommes croisés mais j’ai gardé de lui le souvenir d’un ingénieur enthousiaste, un écologue passionné et compétent. Il est dommage qu’il n’ai pas été promu Chercheur. Nous devions nous revoir alors qu’il était déjà atteint du mal qui allait l’emporter. Je suis tombé malade à mon tour mais pas du même mal, le mien était curable et j’en suis sorti guéri. Le confinement est arrivé. Son mal s’est aggravé et j’a appris son décès le 4 juillet 2020. Il était né en 1947.

Ce chercheur est l’auteur d’un nombre impressionnant de publications. Il était aussi président du conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon (CNEL-R). C’est aussi un artiste peintre.

Les origines

Logo CNRS nouveau

Dans les années 1960 s’ouvre à Montpellier, route de Mende, un futur campus de recherches scientifiques, le Centre d’Etudes Phytosociologiques et Ecologiques « Louis Emberger » du CNRS (CEPE). Il devient Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE) en 1988.  Le projet du CEFE vise à comprendre la dynamique, le fonctionnement et l’évolution du vivant, « de la bactérie à l’éléphant », et « du génome à la planète ».

Dans la notice nécrologique de Jacques Lepart, il est écrit « Dans ce cadre, il a mis l’accent dans ses recherches sur la dynamique complexe des paysages et des écosystèmes, dans laquelle les activités humaines jouent un rôle souvent décisif ».

Les relations avec l’environnement territorial

Le CEFE se situe dans un environnement territorial (local) riche en activités humaines où l’influence politique politicienne a agi de manière folle dans les terres issues de la déprise agricole, au nord de Montpellier (vs Georges Frèche et consorts). La doctrine des scientifiques de ne pas se « salir les mains en politique » s’est appliquée avec toute sa rigueur. Les chercheurs sont restés enfermés dans leur tout d’ivoire. Nous connaissons quelques exceptions. L’ODAM a eu un certain temps un de ces éminents chercheurs parmi ses membres. Sa propriété au nord de Montpellier a été menacée par les programmes d’urbanisation forcée de densification urbaine (zone de Malbosc).

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Ancien chef de la Mission des Systèmes d’information du SRETIE du Ministère de l’Environnement
Ancien chargé de Mission auprés du Directeur de la Nature et des Paysages du Mnistère




Écologie à Montpellier il y a 51 ans

Nouveau logo carré

Info

Il y a 51 ans mais d’actualité !

En septembre 1967, il y avait un enseignement d’écologie déguisé en Diplôme d’études approfondies de Biologie végétale, à l’Université Montpellier II. Cette université devait  devenir Université des Sciences et Techniques du Languedoc (USTL). Officiellement, l’Écologie n’existait pas. On parlait alors de phytosociologie, de biogéographie des plantes. Montpellier avait une longue tradition de botanistes avec sa Faculté de médecine et de pharmacie qui remontait au Moyen-Age avec son jardin botanique (actuellement encore sur pied).

J’arrive là en septembre 1967, boursier de l’enseignement supérieur, nanti d’un diplôme d’études supérieures de botanique pour suivre les cours du DEA. Je dois cette bourse à mon maître, Charles SAUVAGE que j’ai connu au Maroc en 1965 alors que je préparais mon certificat de licence de Botanique à la Faculté des Sciences de Rabat. Il deviendra mon Maître. Il avait quitté Rabat pour Montpellier en 1964 pour être Maître de conférences auprès de la chaire de Botanique tenue par le Professeur Louis EMBERGER. Je m’inscrirais à l’Université comme étudiant.

J’ai retrouvé dans une valise abandonnée une partie de mes cours et je ne résiste pas au plaisir de publier la page de mon classeur ci-dessous.


Cours de DEA de Biologie végétale

option Ecologie

  • Phytosociologie théorique ………………….. : M. Gounot
  • Climatologie spécialisée………………………  : M. Sauvage
  • Phtosociologie théorique et
    expérimentale ………………………………….. : M. Godron
  • Notions fondamentales de
    Phytosociologie ………………………………… : M. Enberger
  • Notions de statistiques………………………. : M. Escouffier
  • Pédologie générale…………………………. … : M. Lossaint
  • Milieux halomorphes…………………………. : M. Corre
  • Cartographie de la végétation…………….. : M. Long
  • Ecologie médicale…………………………….. : M. Rioux (cours annulé)
  • Fonctionnement des écosystèmes……… : M. Eckardt
  • Microclimatologie …………………………… : M. Godard
  • Génétique appliquée………………………… : M. Valdeyron
  • C4 écologie……………………………………… : M. Sauvage

J’ai été placé en stage pratique auprès de M. Daget, IR CNRS au Centre d’Etudes Phytosociologiques et Ecologiques du CNRS (CEPE-CNRS). J’y préparerais un mémoire de DEA qui sera soutenue en juin 1968. Le sujet était « Application d’une méthode statistique de caractérisation du climat du versant est du Massif Central ». C’était l’ébauche d’une thése que j’aborderais en septembre 1968 sur les relations végétation-climat de la Cévenne Ardéchoise.


J’ai perdu tous mes cours généreusement prêtés à un condisciple colombien qui ne me les a pas rendus avant son départ vers son pays. J’ai conservé dans son classeur le cours de Louis Emberger (daté du 27/11/1967). Il mentionnait que le professeur nous recevrait dans son laboratoire tous les mardis vers 17h. Nous étions cinq étudiants.

Bonne nouvelle, le cours de statistiques de M. Escouffier (il était dans un classeur séparé, je l’ai retrouvé).


Le CEPE-CNRS a évolué. Actuellement, c’est le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Expérimentale, centre inter-organismes (CNRS, INRA, Universités, …). Je me rappelle une anecdote en 1980 à la Mission des Etudes et de la Recherche du ministère de l’environnement d’alors où des gens malintentionnés (qui veut tuer son chien …) affirmaient que la recherche en écologie était inexistante en France. J’ai bondi sous ce que je considérais comme une insulte à mes maîtres !

A l’époque, j’étais chargé de recenser les formations de recherche en environnement-écologie en France ! J’ai eu de quoi répondre ! A côté des pôles historiques et traditionnels de Toulouse (Prof. Gaussen) et de Montpellier (Prof. Emberger) se sont mis en place les centres de Paris (Muséum d’Hisoire Naturelle, …), de Strasbourg, de Rennes, … La recherche en écologie terrestre et marine était en route.  La liste est longue !

A Montpellier, j’ai retrouvé mes aînés (Société d’Horticulture et d’Histoire Naturelle de l’Hérault -SHHNH).

Raymond GIMILIO
Docteur en sciences biologiques option écologie (Montpellier 1971)
Ingénieur de recherches (ER) du CNRS
Ancien chargé de mission au Ministère de l’environnement (1980-1996)
Chevalier du mérite agricole (Le Porreau)




Biodiversité en danger

La biodiversité mondiale est en danger, ce sont les scientifiques qui l’affirment. Montpellier possède un centre de recherches unique, le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive.  Ce centre est l’héritier du Centre d’Ecologie et Phytosociologie “Louis Emberger” (j’y ai été doctorant de 1968 à 1971) , sommet de la recherche écologique française reconnu internationalement. Deux de ses chercheurs, Edouard Le Floch (aujourd’hui retraité) et James Aronson, ont publié un livre Les arbres des déserts. Enjeux et Promesses (Actes Sud, 2013) dont je recommande la lecture à qui veut comprendre comment fonctionnent les écosystèmes et quel est l’enjeu des perturbations climatiques qui font que les déserts avancent. Pour preuve, la dénonciation par la presse (enfin ! ce jour 9 juillet 2021) de l’énorme sécheresse qui frappe Madagascar et provoque une famine passée sous les radars de nos médias.

Je cite Le Floch et Aronson (2013 p. 15) :

« De nos jours, le sort d’un tiers de l’humanité -et de presque tous les écosystèmes des déserts et de leurs marges- est globalement misérable. »

Ces dégats, résultats de nos politiques de développement, notamment d’exploitation des ressource naturelles et de la production de déchets, sont estimés réparables par nos écologues (chapitre X, pp. 279 à 299) qui disent en préambule (p. 278) :

« Les conséquences des mésusages des ressources et des espaces sont maintenant plus que perceptibles, et il est urgent d’y répondre par des efforts importants, qui concernent en priorité la conservation des écosystèmes et de la biodiversité, mais également la gestion raisonnée et durable des ressources renouvelables et non renouvelables. ».

Pensons y, le mésusage (mauvais usage) génénére des déchets, nos déchets. Il en résulte une catastrophe climatique majeure !