1

La Mission des Etudes et de la Recherche il y a 36 ans

Nous prions nos aimables visiteurs et lecteurs de bien vouloir nous excuser si les liens ne fonctionent pas s’agissant de documents anciens.

Merci de votre compréhension

Nouveau logo carré

805

La recherche sur l’Environnement a commencé en divers endroits en France. Les pionniers faisaient, sans le savoir, comme M. Jourdain faisait de la prose, de l’Écologie et des sciences sur l’environnement sans le savoir. Un de ces pôles était à Montpellier, l’autre à Toulouse. J’ai reçu un enseignement formel en 1963 à Rabat (Maroc) dans le cadre des enseignements de botanique de la licence és-sciences de la terre de la Faculté des Sciences. Mes premières recherches ont commencé en 1964 avec le diplôme d’études supérieures scientifiques de Botanique (Etude des relations climat-végétation de la vallée de l’oued Mellah. J’ai ici le devoir sacré de témoin des prémisses d’honorer la mémoire de mes maîtres, de ceux qui m’ont insufflé la flamme sacrée :

  • Professeur Charles Sauvage (cerfificat de licence ès-sciences de Botanique, Rabat -Maroc- juin 1963),
  • Maître-assistant Joël Mathez (assistant du Professeur Sauvage)
  • MM. Gilbert Long, Michel Godron et Philippe Daget, chercheurs au CEPE/CNRS qui m’ont accueilli dans une mission de d’études en Margeride (Saugues) en août 1966

Comment ne pas citer Charles Sauvage et Gilbert Long qui m’ont recommandé, après la soutenance de ma thèse le 21 juin 1971, pour mes premiers pas professionnels rémunérés par l’OCDE en juillet 1971, aux côtés de Michel Thiault (CEPE/CNRS), pour une mission de reconnaissance des pâturages de la Thessalie (Grèce continentale) où j’ai découvert ce magnifique pays. Je ne saurais oublier la comparution à la FAO (Rome) en juin 1972, devant le grand résistant Raymond Aubrac, comme candidat à un poste de documentaliste scientifique. Je ne remercierais jamais assez Michel Godron qui m’a initiè à son systéme de bibliographie sur cartes perforées, si proche de celui de la FAO sur lequel je serais formé en juin 1972 à GIL/FAO avant mon affectation comme assistant chef de projet (Grade P3-FAO) au Centre de Documentation de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (CD-OMVS, rue Duret, Saint-Louis du Sénégal). Merci à Roger Gnany, Wolff Breitling et …. Le CD-OMVS sera repris par la Coopération française, je serais alors au grade de Maître de conférences. De là sortira le Centre de Documentation Scientifique et Technique du Sénégal, Projet PNUD/UNESCO-SEN-003 dont je serais l’initiateur (draft du projet) et le chef de projet UNESCO (grade P5) en juin 1976. Un directeur sénégalais, mon homologue indigne, sera cause d’une utilisation détournée de matériel que je refuserais de couvrir. Dommage, CDS/ISIS-UNESCO-Mainframe fonctionnait sur le Centre de Calcul André Peytavin du Ministère des Finances du Sénégal (Dakar). Je pas en novembre 1979 pour la France et je suis appelé par mes amis de la FAO comme consultant au siège (R. Dubois).

Comment oublier la mémoire de mon ami Gian-Paolo Del Bigio, génial développeur du logiciel CDS/ISIS-mainframe IBM puis Micro-CDS/ISIS et Winisis dont je suis devenu un expert et enseignant. Mes compétences de biologiste reconverti en informatique des systèmes d’information me vaudront, de retour du Sénégal en 1979 d’être le consultant du programme FAO-CARIS (Inventaire mondial des recherches en Agriculture, 9 mois à Rome). Un lundi matin de janvier 1980, j’ai la surprise de voyager par avion, avec Gilbert Long, de Montpellier à Paris. J’allais faire valider par l’UNESCO les manuels CARIS par Gian-Paolo Del Bigio (UNESCO) pour faire vérifier leur adéquation à l’implémentation du CDS/ISIS-mainframe de la FAO. Je montre mes manuels à Gilbert et dans la journée, je trouve un petit créneau pour rencontrer au Ministère de l’Environnement André Yana, chargé de mission à la Mission Etudes et Recheches (MER-MECV). Ce sera la naissance du SIDEN (système d’Information sur l’Environnement) du Ministère, système confié au CNRS où le serais nommé le 1er avril 1980 Ingénieur de Recherches stagiaire, affecté au PIREN/CNRS. La transposition de CARIS vers SIDEN se fera sans problèmes, avec l’installation au Centre de calcul du CNRS à Orsay (CIRCE) de CDS/ISIS-mainframe avec l’assistance de mon ami Del Bigio.

Le PIREN/CNRS et le CIRCE

En 1980, il y a existé un Programme de Recherches Interdisciplinaires sur l’Environnement du CNRS. Je le découvre en avril 1980 lorsque j’y suis affecté comme Ingénieur de recherches stagiaire. Je serais logé en décembre 1980 aux Ulis (1 km à vol d’oiseau du Centre de Calcul d’Orsay). J’y reçois un des premiers micro-ordinateurs Goupil II avec son modem téléphonique mais le gros du travail se fera deux jours pas semaine à Orsay. Je suis alors mis à disposition à mi-temps de la Mission des Etudes de la Recherche et deviens collaborateur d’André Yana. La MER était alors dirigée par M. Serge Antoine. J’ai retrouvé mon carnet d’exploitation des ressources du CIRCE (Centre Inter-Rétional de Calcul Electronique, ORSAY-plateau) où j’ai noté avec la mention « jan 81 » les numéros de téléphone et les numéros « Transpac » d’accès à distance par terminaux. Il y figure aussi les noms des bandes magnétiques de sauvegardes des données et les dates de mise en service :

  • GIMI01 (16/01/1981)
  • GIMI06 (16/01/1981).

Elle étaient stockées dans la bandothèque du CIRCE. Les jalons sont là :

  • 26/03/1981,
  • 27/07/1982,
  • etc.

Les saisies sur cartes perforées sont remplacées par le système Wylbur (images cartes saisies depuis les terminaux publics du CIRCE où je travaillerais un à deux jours par semaine et plus). Peur à peu, le fichier des descripteurs et mots-clefs (ACCESS) de constitue.

le 27/09/1982, 588 fiches sont opérationnelles. Nous allons recevoir un contrat de la MIDIST (ex BNIST) pour contribuer, via un logiciel de conversion de format (écrit et testé par mes soins) une base de données nationale servie sous MISTRAL (un logiciel mainframe non-équipé du format d’import-export ISO préconiés par l’UNESCO et implémenté sur CDS/ISI-mainframe et suivants selon les recommandations de l’UNISIST). Une nouvelle version de CDS/ISIS est installée le 20/01/1982 et la bas rechargée.

Le 22 juillet 1983, la base de données et son système sont sauvegardées sur bande (CIRCE 103752). Le carnet cesse d’être alimenté (date 28/05/1997). Je conserve une carte à perforations 80 colonnes imprimée du timbre du CIRCE.

SIDEN et MER/MECV

En juillet 1982, Charles Sauvage décède. Il était alors Président du PIREN/CNRS. Le nouveau Président décide d’arrête le système SIDEN. Le Minisère demande et obtient mon détachement à temps plein. Je deviens Chargé d’études de Haut-Niveau avec un autre collègue du CNRS qui sera en charge des Milieux Physiques. Je me vois confier divers tâches dont l’informatisation des contrats-conventions sur traitement de textes Alcatel. Cette machine communique aussi par modem avec le CIRCE. L’alimentation de la base SIDEN au CIRCE commence avec les contrats et les conventions du Ministère.

La MER partage son temps entre les comités thématiques suivants :

  • Milieux Physiques (Eau, Air, Sols-déchets),
  • Santé-Environnement,
  • Faune-Flore,
  • Systèmes d’information,
  • Juridiction environnementale (Mme De Vilmorin, magistrate),
  • Prospective, …

Chaque comité est animé par un chargé d’études de haut-niveau, un scientifique issu du CNRS, de l’INSERM, de l’INRA, ….Les comités gèrent des appels à projet dans le monde scientifique, réunissent des scientifiques jugés experts et se prononcent sur les projets, accordant leurs financements dans la mesure du budget alloué au Ministère. Le rôle de ces comités est d’apporter une réponse aux questions posées par les Directions opérationnelles (DPPR, DPN, DQV, …) ou par le Cabinet du Ministre.

Je verrais apparaître les premiers problèmes relatifs à l’amiante : les industriels font pression.

SRETIE et MSI

En mars 1983, Mme Huguette Bouchardeau est nommée Ministre de l’Environnement (secrétariat d’état à l’environnement et à la qualité de la vie). La MER fait place au Service de la Recherche, des Eudes et du Traitement de l’Information (SRETIE) confilé à Lucien Chabason.  Le décret du 84-55 25 février 1984 créé la Mission des Systèmes d’Information du SRETIE. Par note de service du 6 novembre 1984, je suis chargé de la mission avec effet au 1/10/1984. Le travail va se complèter avec la mise en place de la Commission de l’Informatique du Ministère et la négociation de deux budgets consacrés à l’informatisation. Mme Solange Hugues me secondera dans la préparation des futurs plans d’informatisation (ou fera semblant). Car le secrétariat d’état est sous la tutelle effective du Ministère de l’Equipement pour tous ses moyens informatiques et réseaux.

Je suivrais la formation de l’Institut des Hautes-Etudes de la Défense Nationale compte-tenu de mes responsabilités (80e session régionale, juin 1985). Je serais nommé Auditeur par arrêté du SGDN.

En mars 1986, je suis rappelé dans mon corps d’origine, le CNRS et affecté comme chef du Centre de Calcul du Groupe de Physique des Solides de Paris VII (Jussieu). Ce sont mes compétences en matière de maîtrise des réseaux qui me valent de passer trois ans et demi chez des physiciens et d’acquérir la maîtrise des moyen-calculateurs (UNIX sur Sun-OS et Sintran sur Norsk-Data 570) et des nouveaux réseaux.

Après mon départ, mon assistante monte en grade et va faire disparaître dans de grandes poubelles le contenu de mes armoires les listings des 3.000 fiches de la base SIDEN. Ces infos précieuses gênent, semble-t-il ! Il me restera un petit listing relié en 21×29,7 de 50 programmes sur les sols et les déchets que je retrouverais 36 après au fond d’une malle. Plus de 3.000 fiches  saisies entre 1983 et 1986 ont disparu, sauf les 49 fiches du listing souvenir retrouvé dans mes archives.

Entre 1986 et 1990, au fil des nouveaux ministères et des réorganisations, le SRETIE disparaîtra et la MSI avec. Le silence tombe sur la recherche sur l’Environnement, ses comités thématiques et ses financements incitatifs et le défunt SIDEN (les contrats avec le CIRCE tombent dans l’indifférence générale).

La Direction de la Nature et des Paysage (DNP)

Je serais sollicité pour revenir au Ministère en fin 1989. Je suis resté en contact avec mes amis et la Direction de la Protection de la Nature (devenue DNP) me réclame pour informatiser ses services et mettre en place un réseau d’identification des espèces protégées avec les Douanes et le Muséun d’Histoire Natrelle. Je suis à nouveau détaché comme Ingénieur de recherches titulaires du CNRS et gèrerait deux serveurs UNIX Alcatel et un réseau de consoles. Le réseau des espèces protégées se heurte à de nombreuses difficultés matérielles de la part du Muséum d’Histoire Naturelle et des Douanes.

La centralisation des Moyens informatiques

En avril 1993, sous l’autorité de Mme Ségolène Royal, le Ministère déménage au 12 avenue de Ségur à Paris avec un service central de l’informatique et des système d’information dont le suis adjoint au chef puis en 1994, le responsable en chef. Un réseau Ethernet flambant neuf sur trois étages fait de commutateurs d’étages reliés à un commutateur central sont sous ma responsabilité. Nous commençons à tirer des plans pour connecter nos directions régionales (DIREN puis DREAL) et la banque de l’eau (Limoges). Il ne sera plus question du SIDEN mais, avec l’arrivée d’un Ingénieur IGN, nous mettons en place un SIG sur une station SUN4 et une cellule de veille météo est installée. Le système INFOTERRA qui dépend d’Airbus-défense-espace se développe mais la base des contrats de recherche (BICR) est passée aux profits et pertes.

Départ du Ministère

En 1996, la fin de la partie est sifflée car il y a trop longtemps que je suis détaché et la présence de six agents du CNRS détachés a été jugée indésirable au Ministère où seuls ont droit de cité les corps des Ponts, des Mines et du GREF.

Je pars pour le Collège de France affecté à un laboratoire de recherche en biologie du cerveau où je m’occuperais de préparer l’installation d’un laboratoire flambant neuf à Dijon, le Centre Européen des Sciences du Goût.

Un dernier saut vers Montpellier où je serais muté le 15 décembre 2000 au Centre CNRS-INSERM de Pharmaco-Endocrinologie. Je vais réorganiser le réseau informatique, le sécuriser et le 8 juin 2003, je prends à 65 ans une retraite bien méritée.

ODAM

Je milite au sein de l’Association des Contribuables de l’Hérault (ACH34) où la Présidente me confie une étude sur la méthanisation des déchets ménagers. Ma vielle expérience de 1983-86 va servir ainsi que ma virtuosité à actionner les moteurs de recherche. Le 14 décembre 2004, c’est la création de l’Observatoire des Déchets et de l’Environnement de l’Agglo de Montpellier (ODAM) avec le dépôt des statuts en préfecture. Une nouvelle bataille commence contre une administration sourde, autiste, aveugle devant l’intérêt général, préférant celui des collectivités territoriales cornaquées par le grands industriels.

Nous sommes assidus aux réunions du CID34 (collectif informel) qui se sabordera fin 2016 et sera remplacé par le CIDES34 (collectif formel déclaré en préfecture).

Raymond GIMILIO
Président de l’ODAM
Ancien chef de la Mission des Systèmes d’information du SRETIE du Ministère de l’Environnement
Ancien chargé de Mission auprés du Directeur de la Nature et des Paysages du Mnistère