1

Le tri des déchets totalement absent de la campagne


Dans un luxueux prospectus de format inhabituel (payé par qui ?), monsieur le maire-président-candidat nous fait part de ses 12 propositions. Il a résolument oublié de parler de sa politique catastrophique des déchets (déchets ménagers et eaux usées). L’ODAM fait partie du CIDES34 et se bat depuis 2004 pour un traitement écologique des déchets, rejoint par des citoyens qui connaissent le problème depuis plus de 40 ans.
Dans son programme-catalogue qui se veut écologiste, le candidat-maire-président promet de « raser gratis » avec tout ce qu’il aurait pu faire depuis plus de 6 ans. Il a oublié que nous n’avons cessé de faire des propositions alors qu’il était un des piliers du regime Frèche ! Son élection comme conseiller municipal remonte à 1996 (voir carrière politique). Il a eu le temps de mesurer, lui qui a une formation de biologiste (chirurgien-dentiste mutualiste) de mesurer l’inanité des procédés mis en oeuvre pour traiter les déchets solides et liquides de Montpellier (Amétyst, Maéra, Ocréal, Le Thöt, ISDND Castries, …) Son navire, une barcasse qui fait eau, risque de s’échouer. Il découvre tardivement l’écologie, dans une ville qui faisait de l’écologie sans le savoir, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, avec une faculté de médecine-pharmacie-odontologie remontant au Moyen-Age et récemment avec l’école de Botanique de Flahault, Emberger, Sauvage et un Centre de Recherches du CNRS, le CEPE, devenu le CEFE, un des plus importants centres de recherche en écologie de France. J’y ai été doctorant de 1967 à 1971.
Sur son prospectus grand format, le candidat a fait imprimer, en bas de la page centrale « Liste citoyenne, divers gauche et écologistes ». A gauche, sur la ligne, le sigle de PEFC et à droite, le sigle IMPRIM VERT. Ce sont des labels attribués à l’imprimerie qui a produit ces « flyers ». Ecologiste par imprégnation, par communication opportuniste car la mode est au vert ! C’est bien mais celà aurait été mieux si la transition écologique nous aurait évité l’usine Amétyst, Maera et sa canalisation en mer dans le Golfe d’Aigues-Mortes, l’alimentation d’une décharge baptisée ISDND à Castries, l’alimentation d’un incinéraeur OCREAL à Castries et maintenant le tourisme des déchets sortant d’Amétyst vers des sites plus ou moins inconnus et éloignés.
La solution, nous le martelons depuis plus de 15 ans : le tri citoyen à la source.
On ne s’improvise pas écologue, on le devient par ses études. On devient écologiste par découverte de l’enjeu majeur que constitue l’avenir de la planète. Ce que dit Monsieur le candidat aurait pu être fait déjà depuis longtemps. Très longtemps.

Raymond GIMILIO
Président ODAM

cropped-logo-fond-bleu-clair-1.jpg

Le webmaster

Raymond  GIMILIO

sego4-150x150